Gaza / UNICEF : « nous sommes au bord d'un précipice avec les enfants de Gaza »

Écouter /

Pernilla Ironside, Chef du bureau de l’UNICEF à Gaza. Photo:ONU/Mark Garten

Au cours des dernières 48 heures, neuf enfants de plus ont été tués à Gaza, ce qui porte le nombre total d'enfants tués suite au conflit à 469, avec plus de 3.000 blessés. Ces chiffres risquent à nouveau d'augmenter a déclaré ce matin la cheffe de l'UNICEF à Gaza, de passage au Siège de l'ONU à New York.

Selon Pernille Ironside, il est critique de rétablir un sentiment de sécurité, de désir d'apprendre, d'espoir et de vouloir vivre pour les enfants gazaouïs qui auront pris refuge et qui auront vu des personnes tuées dans le mêmes bâtiments qui redeviendront leurs écoles, car nous sommes probablement « au bord d'un précipice avec les enfants de Gaza ».

Pernille Ironside a exposé les séquelles profondes que présentent les enfants de Gaza qui sont « véritablement dans un état de traumatisme » suite aux violences de ces six dernières semaines et qui ressentent qu'aucun endroit n'est sure autour d'eux.

L'UNICEF a déployé cinq équipes d'appui psycho-sociale avec cinquante psychologues et conseillers qui ont réussi à se rendre aux côtés d'environ 3.000 enfants sur les 373.000 qui ont un besoin urgent d’être soutenus psychologiquement.

Aussi l'UNICEF s'efforce d'appuyer les parents en leur apportant des conseils afin qu'ils puissent mieux réconfoter leurs enfants.

« Les enfants de Gaza n'auront pas droit à la rentrée des classes habituelle cette année », a souligné Pernille Ironside, à trois jours de ce qui aurait du être la rentrée des classes, le 24 août signalant que plus de 200 écoles continuent à être des abris pour les familles gazaouies, qu’environ 200 autres sont endommagées et qu’une vingtaine sont inutilisables.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance œuvrera à la réhabilitation des écoles et prépare une campagne de rentrée avec les autorités pour pouvoir accueillir, le moment venu, les enfants le mieux possible.

« L'objectif principal est qu'au moment de la rentrée des classes, les enfants puissent se concentrer les deux premières semaines sur le stress, les mécanismes d'adaptation et des activités parascolaires, et que les enseignants –qui ont également été affectés—soient en mesure de répondre aux besoins des enfants afin que les enfants aient un environnement qui les soutienne » a expliqué la fonctionnaire d'UNICEF.

(Extrait sonore : Pernille Ironside, cheffe du bureau de terrain de l'UNICEF à Gaza)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...