Ébola : la Côte d'Ivoire met en place un dispositif de prévention

Écouter /

Source: OMS

Face à l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest qui a fait plus de 1.000 victimes, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré qu'il est éthique d’offrir des médicaments non testés chez les patients infectés par le virus, pour tenter de sauver la vie des patients et d'enrayer l’épidémie.

Pendant ce temps dans la région, les pays mettent en œuvre des dispositifs de prévention à l'instar de la Côte d'Ivoire, qui à ce jour est libre du virus. Des mesures de prévention ont été annoncées par le gouvernement. Il est ainsi désormais interdit à toutes les compagnies aériennes de transporter des passagers en provenance de pays touchés par la maladie à virus Ebola, à destination de la Côte d'Ivoire.

Lundi, à Genève, des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont réunis pour examiner le rôle que pourraient jouer des traitements expérimentaux dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola qui frappe plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.

« Le traitement récent de deux employés du secteur de la santé infectés par le virus Ebola avec un médicament expérimental a soulevé des questions quant à savoir si on devrait utiliser ce médicament qui n’a jamais été testé et dont l’innocuité n’a pas été prouvée chez les humains », a souligné l’OMS dans un communiqué de presse.

Selon l’agence onusienne, une autre question qui se pose est de savoir qui devrait recevoir ce médicament, dans le cas où il serait utilisé, alors que seules des quantités extrêmement limitées sont disponibles.

Un certain nombre de tests en laboratoires et des études sur des animaux ont été menés concernant ce traitement. Les premières études sur des humains doivent être menées au cours des deux à quatre prochains mois, a précisé l’OMS.

Le groupe d’experts réunissant des spécialistes de l’éthique médicale, des experts scientifiques et des personnes des pays touchés devait notamment examiner la question de savoir s’il est éthique d’utiliser des traitements non validés avec des effets secondaires inconnus pour lutter contre l’épidémie.

(Extrait sonore : correspondance de Bob Quenum, d'ONUCI FM)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/10/2014
Loading the player ...