Syrie : les humanitaires autorisés à emprunter les voies les plus directes pour acheminer l’aide

Écouter /

Face à la détérioration de la situation humanitaire en Syrie, le Conseil de sécurité a adopté lundi 14 juillet une résolution visant à faciliter l’accès des travailleurs humanitaires aux civils dans les zones difficiles d’accès en autorisant la fourniture de l’assistance en traversant les frontières et les lignes de font du conflit.

Selon la résolution, qui a été adopté à l’unanimité par les 15 membres du Conseil, les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires sont désormais autorisés à emprunter des routes qui traversent les lignes de front du conflit et de passage des frontières notamment ceux de Bab al-Salam, Bab al-Hawa, Al Yarubiyah et Al-Ramtha.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s’est félicité de l’adoption de la résolution qui permettra d’acheminer l’aide aux populations dans le besoin en Syrie par les voies les plus directes.

« Au moins 10,8 millions de personnes à l’intérieur de la Syrie ont un besoin urgent d’assistance. Près de la moitié de ces personnes se trouvent dans des communautés qui sont difficiles d’accès pour les organismes humanitaires. Cette résolution vise à acheminer l’aide par les quatre points de passage spécifiés à près de trois millions de personnes qui ne disposent pas de réserves alimentaires ou n’ont pas eu accès aux services de santé de base pendant des mois », a affirmé le porte-parole de Ban Ki-moon dans un communiqué de presse.

Le Secrétaire général s’est félicité en particulier de la référence qui est faite dans la résolution à l’acheminement des fournitures médicales et chirurgicales, qui ont été fréquemment retirées des convois humanitaires, en violation du droit international humanitaire.

Le chef de l’ONU a rendu hommage au personnel des organismes des Nations Unies, des organisations non gouvernementales nationales et internationales, du Comité international de la Croix-Rouge, qui ont livré l’aide humanitaire à des millions de personnes au cours de ces trois dernières années dans des conditions dangereuses et difficiles, et ont perdu de nombreux collègues dans ce processus.

Ban Ki-moon a appelé toutes les parties au conflit et tous ceux qui peuvent exercer leur influence sur elles à assurer l’accès, sans entraves, de l’aide humanitaire à toutes les personnes dans le besoin sans discrimination, par les voies les plus directes ; à lever les restrictions illégales imposées par toutes les parties aux civils ; à mettre fin aux violations du droit international humanitaire; et à assurer la sécurité du personnel humanitaire.

(Mise en pespective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...