Soudan: le HCR préoccupé par le renvoi forcé de 74 Erythréens

Écouter /

Des réfugiés érythréens du camp de Shagarab, au Soudan (Photo d'archives: M. Mazen/IRIN).

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés s'est profondément préoccupé par les récents renvois forcés d’Érythréens, mais aussi le refoulement d'autres requérants d'asile et réfugiés par le Soudan. Le HCR parle d'une nouvelle tendance qui se manifeste par le renvoi de ces groupes d’Érythréens juste après leur arrivée au Soudan. Dernier épisode en date, le 30 juin dernier, 74 demandeurs d’asile érythréens ont été expulsés par Khartoum.

Au cours d'un point de presse ce vendredi 4 juillet à Genève, la porte-parole du HCR a indiqué que l'agence a été prévenu par les autorités migratoires soudanaises lors de ces expulsions. Mais Mélissa Fleming avertit que la vie de ces Erythréens refoulés est en danger dans leur pays. Ces demandeurs d’asile ont été renvoyés de force en Erythrée après avoir été accusés par les autorités de Khartoum d’être entrés illégalement au Soudan.

Mais le HCR rappelle qu'un tel renvoi forcé est en violation de la Convention sur les réfugiés de 1954 et de la Loi nationale sur l’asile du Soudan de 2014.

Dans ces conditions, le HCR veut s'assurer désormais « qu’aucun autre Erythréen ne soit renvoyé de force en Erythrée ».

Selon le HCR, le Soudan accueille actuellement plus de 160.000 réfugiés et demandeurs d’asiles, venus majoritairement d’Erythrée, d'Ethiopie, de République démocratique du Congo, du Tchad et du Soudan du Sud.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...