Soudan du Sud : la FAO demande davantage d'argent pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Écouter /

File d'attente pour une distribution alimentaire de l'ONU à Malakal dans l'État du Haut-Nil au Soudan du Sud. Photo: Jacob Zocherman/IRIN

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a prévenu jeudi que les efforts déployés pour distribuer aux agriculteurs, aux éleveurs et aux pêcheurs du Soudan du Sud des kits de survie visant à sauvegarder leurs moyens d’existence sont menacés par le manque de financement, aggravant le risque de famine dans certaines parties du pays.

A ce jour, la FAO a reçu 42 millions de dollars des 108 millions sollicités dans le cadre du Plan d’intervention d’urgence révisé pour 2014. Les contributions reçues ont permis de venir en aide à plus de 205.000 ménages vulnérables – soit plus de 1,2 million de personnes – avec des kits de survie constitués de semences de cultures de base et de légumes, de matériel de pêche, de traitements vétérinaires et de vaccins pour le bétail.

Les distributions d’urgence de l’agence onusienne se font à un rythme dix fois plus élevé que l’an dernier. La FAO a fourni, dépensé ou engagé l’ensemble des fonds qu’elle a reçus, et les ressources sont désormais épuisées. La FAO sollicite 66 millions de dollars d’urgence pour pouvoir étendre son aide aux populations et les aider à subvenir à leurs propres besoins en pleine crise.

« Deux autres millions de personnes, ou 345.000 ménages vulnérables, pourront bénéficier d’une aide si nous recevons des fonds supplémentaires”, a déclaré Jeff Tschirley de la Division FAO des opérations d’urgence et de la réhabilitation, dans un communiqué de presse.

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre l’aggravation de la situation déjà extrêmement critique ou la proclamation d’une famine pour intervenir car nous savons d’ores et déjà que ce sera trop tard. Il nous faut agir dès aujourd’hui pour sauver des vies et des moyens de subsistance », a-t-il ajouté.

La Représentante de la FAO au Soudan du Sud, Sue Lautze, a insisté sur l’importance des kits de sauvegarde des moyens d’existence pour le pays, où jusqu’à 95 pour cent de la population dépend de l’agriculture, de la pêche ou de l’élevage pour satisfaire ses besoins alimentaires et économiques.

« La distribution des kits permet aux pêcheurs de pêcher, aux agriculteurs de semer et aux éleveurs d’assurer la santé de leurs troupeaux, ce qui leur procure du lait, des légumes, de la viande et du poisson, et a permis à une bonne partie de la population de survivre jusqu’à présent », a souligné Mme Lautze.

En mai, quelque 3,5 millions de personnes, soit près d’un habitant sur trois, étaient victimes d’insécurité alimentaire à des niveaux de crise ou d’urgence, et ce nombre est appelé à augmenter, s’élevant à 3,9 millions, soit 34% de la population totale, de juin à août 2014.

Plus de 1,5 million de personnes ont abandonné leurs logements depuis le début des conflits à la mi-décembre, et la situation a été exacerbée par le démarrage de la saison des pluies en juin. Entretemps, de violents affrontements continuent d’être signalés dans certaines zones malgré la signature d’un accord de cessation des hostilités en mai.

« Le meilleur moyen d’empêcher la famine au Sud-Soudan est d’arrêter les combats’, a affirmé Mme Lautze. « La violence est le facteur principal qui risque de transformer la famine en réalité ».

La FAO a également indiqué avoir pré positionné des semences, des outils agricoles, des vaccins et des fourneaux économes en combustible afin d’empêcher une escalade de la crise en 2015 en faisant en sorte que les agriculteurs soient prêts pour la campagne d’ensemencement de l’an prochain.

« Un secteur agricole prospère est crucial pour la paix et le développement à long terme au Sud-Soudan », a souligné Mme Lautze.

Au total, les agences onusiennes et leurs partenaires n’ont reçu que 50% du 1,8 milliard de dollars requis dans le cadre du Plan de réponse à la crise 2014 pour effectuer les interventions humanitaires d’urgence dans le pays.

(Extrait sonore : Patrick Jacqueson, de la division des urgences et de la réhabilitation de la FAO ; propos recueillis par Florence Westergard)

Écouter /
Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...