RDC : le maire de Zongo sollicite le rapatriement des réfugiés centrafricains

Écouter /

Relocalisation des réfugiés centrafricains par le HCR vers le camp de Mole (près de Zongo) en RDC (Décembre 2013)- Photo: HCR-Celine Schmitt

Michel Siazo Yeke Yeke, le maire de Zongo, ville frontalière à Bangui, sollicite le rapatriement de sept cent cinquante réfugiés centrafricains cantonnés dans cette ville depuis jeudi dernier. Il a émis son souhait mardi 1er juillet à l'occasion d'une rencontre entre le comité local de sécurité, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et la commission nationale pour les réfugiés (CNR).

D'après le maire de Zongo, le nombre de réfugiés est passé de quatre cents à sept cent cinquante. L'endroit aménagé pour eux ne peut plus les contenir tous. Certains errent dans la ville et commettent, selon lui, des menus larcins. D'autres livrés à eux-mêmes dorment à la belle étoile.

Michel Siazo Yeke Yeke se dit « impuissant face à cette situation » et demande la sensibilisation de ces réfugiés, « avec l'appui de la MONUSCO pour qu'ils rentrent dans leur pays en signant une décharge parce que le calme n'est pas encore revenu de l'autre côté ».

« La deuxième proposition est qu'ils doivent rentrer au camp de Mole. Dans ce cas, le transport sera mis à leur disposition. Ici, ils ne sont pas assistés. Ils errent ça et là et nous enregistrons des cas de vandalisme dans la ville », a déclaré le maire de Zongo.

Ces personnes ont quitté le camp de Mole où elles avaient été reçues à leur arrivée. Elles sont venues à Zongo parce qu'on leur aurait dit qu'ici, ils bénéficieraient de 150 dollars américains par personne pour leur survie, a indiqué Michel Siazo Yeke Yeke.

De leur côté, les réfugiés centrafricains déplorent la mauvaise prise en charge alimentaire et sanitaire qui leur était fournie dans le camp de Mole.

Des accusations que le HCR a rejetées. Cette agence des Nations Unies a indiqué que ces réfugiés avaient, dans un mémorandum, renoncé délibérément à leur statut de réfugié et ne pouvaient plus être considérés comme tel.

Depuis le renversement de l'ancien président de la RCA, François Bozizé, plusieurs personnes ont fui en RDC dans la Province Orientale et à l'Equateur, frontaliers de la Centrafrique.

(Extrait sonore : Michel Siazo Yeke Yeke, Maire de la ville de Zongo en République démocratique du Congo ; propos recueillis par Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...