ONUSIDA: 19 millions de personnes sur les 35 millions vivant aujourd'hui avec le VIH ne savent pas qu'elles ont le virus

Écouter /

Un nouveau rapport de l'ONUSIDA montre que 19 millions de personnes sur les 35 millions qui vivent avec le VIH dans le monde ne connaissent pas leur séropositivité au VIH.

« La question de savoir si vous pouvez vivre ou mourir ne devrait pas dépendre de l'accès à un test VIH, » a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA. « Une mise à niveau plus intelligente est requise pour combler l'écart entre les gens qui connaissent leur statut VIH et ceux qui ne le connaissent pas, entre les gens qui peuvent obtenir des services et les gens qui ne le peuvent pas, et entre les gens qui sont protégés et ceux qui sont punis. »

Le Gap report [rapport sur les écarts] de l'ONUSIDA montre que lorsque les gens découvrent leur séropositivité au VIH ils chercheront à obtenir un traitement salvateur. En Afrique subsaharienne près de 90% des personnes dont le test VIH s'est révélé positif ont ensuite accédé à la thérapie antirétrovirale (TAR). Les recherches montrent également qu'en Afrique subsaharienne 76% des personnes sous TAR ont atteint une suppression virale – ce qui signifie qu'elles ne sont pas susceptibles de transmettre le virus à leurs partenaires sexuel(le)s. Une nouvelle analyse des données démontre que pour chaque augmentation de 10% de la couverture du traitement il y a une diminution de 1% du pourcentage des nouvelles infections parmi les personnes vivant avec le VIH.

Le rapport souligne que les efforts pour améliorer l'accès à la thérapie antirétrovirale sont couronnés de succès. En 2013, 2,3 millions de personnes supplémentaires ont pu avoir accès aux médicaments qui sauvent des vies. Cela porte le total mondial des personnes accédant au traitement antirétroviral à près de 13 millions à la fin de 2013. Sur la base de l'intensification récente, l'ONUSIDA estime qu'à la date de juillet 2014 jusqu'à 13 950 296 personnes avaient accès au traitement contre le VIH.

« Si nous accélérons l'ensemble de la mise à niveau en matière de VIH d'ici à 2020, nous serons sur la bonne voie pour mettre fin à l'épidémie d'ici à 2030, » a déclaré Michel Sidibé. « Sinon, nous risquons de prolonger sensiblement le temps qu'il faudra – en ajoutant une décennie voire davantage. »

En mettant fin à l'épidémie d'ici à 2030, le monde éviterait 18 millions de nouvelles infections à VIH et 11,2 millions de décès liés au sida entre 2013 et 2030.

(Interview: Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, propos recueillis par Alpha Diallo)

 

Classé sous Dossiers, L'info, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
25/12/2014
Loading the player ...