Libye : le HCR préoccupé par l’augmentation des tragédies maritimes en Méditerranée

Écouter /

Des réfugiés syriens secourus en Méditerranée par la marine italienne : depuis janvier, plus de 40.000 migrants ont déjà franchi les côtes italiennes (Photo HCR/A.D’Amato ).

Au moins 12 personnes sont mortes lors du naufrage d'une embarcation de réfugiés en Méditerranée. La Garde côtière libyenne a informé le HCR hier lundi 7 Juillet qu’elle avait récupéré ces corps à la suite d'un accident de bateau qui se serait produit le dimanche 6 Juillet. Tripoli poursuit ses opérations de recherche  pour tenter de déterminer le sort des autres passagers du navire de fortune.

Dans ce dernier drame de la Méditerranée, la Garde côtière libyenne a récupéré 12 corps à la suite d'un accident de bateau qui se serait produit le dimanche 6 Juillet.  Parmi ces corps retrouvés lors de ce naufrage, figurent une mère syrienne avec ses deux enfants de trois et six ans. Outre ces Syriens qui ont péri en tentant de fuir la Libye pour rejoindre l'Europe via la Méditerranée, il y a aussi trois érythréens et six autres Africains de nationalités encore indéterminées.

Selon les informations fournies par Tripoli au Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), le navire d'une capacité d’environ 200 passagers, aurait transporté plus de personnes  avant de chavirer au large des côtes de Tripoli. Selon les garde-côtes libyens, les recherches  se poursuivent et le sort des autres passagers de l'embarcation restent inconnu.

Selon le HCR, cette dernière tragédie porte à 217 le bilan des personnes ayant jusqu'ici péri au large des côtes libyennes. Au moins 288 personnes seraient mortes ou portés disparues dans des accidents de bateau sur les côtes italiennes, turques et grecques.  Ce qui porte jusqu’à présent le nombre de morts en Méditerranée à plus de 500 personnes.

Le HCR salue les opérations de recherche et de sauvetage menées par les autorités gouvernementales, mais demande que de telles opérations soient encore renforcées, notamment dans les zones à forte concentration de passages de bateaux. « Nous exhortons également les États à travers le monde à fournir des alternatives légales pour éviter ces voyages risqués en mer », a fait remarquer Adrian Edwards, porte-parole du HCR lors d'un point de presse ce mardi 8 juillet à Genève. L'agence plaide pour une augmentation des réunifications familiales, une réinstallation rapide et des admissions pour raisons humanitaires.

Près de 37 000 demandeurs d’asile et réfugiés sont enregistrés auprès des bureaux du HCR à Tripoli et Benghazi. Les Syriens constituent le plus grand contingent avec 18.655 réfugiés suivis, suivie par les Erythréens (4.673), les Somaliens (2.380) et les Iraquiens (3.105).

(Mise en perspective : Alpha Diallo à Genève)

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...