Journée Nelson Mandela : le témoignage de Marie-Thérèse Laguerre

Écouter /

Nelson Mandela, Président du Congrès national africain (ANC), dépose son buletin de vote lors des premières élections multiraciales de son pays, à l’école secondaire d’Ohlange près de Durban, en 1994. UN Photo/Chris Sattlberger

Marie-Thérèse Laguerre est fonctionnaire des Nations Unies. En 1994 elle a joint la mission des Nations Unies en Afrique du sud en tant qu’observatrice pour les élections de d’avril 1994. Elle est donc partie pour trois mois dans la zone de Norden Transall, au nord u pays où elle devait aller vérifier les différents bureaux de vote dans lesquels les élections allaient se dérouler. Et pendant cette période d’élections il y avait souvent des ”rallyes”. E à l’un de ces rallyes, Nelson Mandela était attendu. Elle témoigne à l'occasion de la commémoration de la Journée Nelson Mandela.

Chaque année le 18 juillet, jour de la naissance de Nelson Mandela, l'ONU se joint à la Fondation Nelson Mandela pour exhorter le monde à consacrer 67 minutes de son temps à aider les autres, afin de commémorer la Journée internationale qui lui est consacrée.

Pendant 67 ans, Nelson Mandela a mis sa vie au service de l'humanité, en tant qu'avocat spécialiste des droits de l'homme, prisonnier de conscience, architecte international de la paix et premier président démocratiquement élu d'une Afrique du Sud libre.

En novembre 2009, l'Assemblée générale des Nations Unies déclarait le 18 juillet « Journée internationale Nelson Mandela » en l'honneur de la contribution apportée par l'ex-Président sud-africain à la culture de la paix et de la liberté.

La résolution A/RES/64/13 de l'Assemblée générale reconnaît les valeurs défendues par Nelson Mandela et son dévouement au service de l'humanité, qu'il a manifesté par son action humanitaire dans les domaines du règlement des conflits, des relations entre les races, de la promotion et de la protection des droits de l'homme, de la réconciliation, de l'égalité entre les sexes, des droits des enfants et autres groupes vulnérables, et du progrès des communautés démunies et sous-développées. Elle reconnaît la contribution qu'il a apportée à la lutte pour la démocratie à l'échelle internationale et à la promotion d'une culture de paix dans le monde entier.

(Interview : Marie-Thérèse Laguerre, ancienne fonctionnaire des Nations Unies; propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous Dossiers, L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...