Israël/Bande de Gaza : Ban Ki-moon alarmé par la déterioration de la situation

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon, Photo ONU/Mark Garten

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon est alarmé par le fait que, malgré la demande claire réitérée samedi par le Conseil de sécurité en faveur d'un cessez-le feu, la situation, dans et autour de la bande de Gaza, semble se détériorer, avec de graves conséquences pour la sécurité des civils israéliens et palestiniens. Il croit fermement qu’il est dans l’intérêt des deux parties que les étapes vers une dangereuse escalade laissent place à des mesures immédiates visant à mettre fin aux combats, empêchant ainsi de nouvelles victimes et de plus grands risques pour la paix et la sécurité régionales. Il exige que les deux côtés se dirigent dans cette direction maintenant, dans une déclaration publiée par son porte-parole.

Les tirs aveugles de roquettes par le Hamas contre des cibles civiles israéliennes constituent une violation du droit international. Le Secrétaire général, est horrifié par les images de familles israéliennes apeurées se pressant pour mettre leurs enfants en sécurité. Il réitère sa condamnation des tirs de roquettes effectués par les Palestiniens de Gaza et exige la cessation immédiate de ces attaques indécentes.

Le Secrétaire général est d'autre part profondément inquiet de l’impact sur les familles palestiniennes de l’action militaire israélienne. Trop de civils palestiniens ont été tués, et toute offensive terrestre israélienne fera sans aucun doute augmenter le nombre de morts et aggraver les souffrances des civils dans la bande de Gaza. Le Secrétaire général exprime un sentiment de responsabilité pour les Palestiniens qui, en particulier dans la bande de Gaza, se sont longtemps vus niés la liberté et la dignité qu’ils méritent.

Le Secrétaire général ne croit pas qu'un aussi long et grave conflit politique entre Israéliens et Palestiniens puisse être résolu par des moyens militaires Il reste engagé avec les deux parties pour inciter à une désescalade et mettre fin à la violence. “Il est temps pour les familles israéliennes et palestiniennes de pouvoir éprouver un sentiment de paix et de sécurité, et de pouvoir avoir confiance en l’autre partie, plutôt que de connaître la peur, le désespoir et la haine qui caractérisent trop les relations dans le contexte actuel”, a-t-il déclaré.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...