Iraq : l'insécurité empêche l'OIM d'atteindre les déplacés de Nineva, Salah-Aladin, Bagdad et Diyala

Écouter /

Une famille dans leur tente dans le camp de Garmawa : ces déplacés ont Tal Afar pour se réfugier dans le gouvernorat de Dohouk au Kurdistan d’Iraq. (Photo:HCR/Hussein).

Les organismes humanitaires continuent de se mobiliser pour venir en aide aux personnes vulnérables en Iraq.  Malgré la détérioration de la sécurité dans ce pays marquée par l'avancée des Djihadistes à Kirkouk, l'Organisation internationale des migrations (OIM) a pu distribuer des secours aux personnes déplacées et poursuivre aussi la collecte d'informations sur leur localisation et leurs besoins.

Au cours du mois de juin, l'agence a localisé plus de 375.000 déplacés dans 190 endroits. L'OIM a pu distribuer des secours non alimentaires à plus de 17.000 personnes déplacées dans les gouvernorats de Nineva, Erbil et Souleymaniah.  « Malheureusement, l'insécurité empêche aux équipes humanitaires d'atteindre un nombre important de déplacés dans des districts des gouvernorats de Nineva, Salah-Aladin, Bagdad et Diyala », a fait remarquer Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM à Genève, au cours d'un point de presse ce vendredi 4 juillet à Genève.

Par ailleurs, l'OIM a indiqué avoir mené une enquête et les résultats montrent que la première priorité des déplacés iraquiens reste les secours non alimentaires. « Parce que ces déplacés sont partis sans rien avec eux », a souligné Christiane Berthiaume. La nourriture est le second besoin important exprimé par les déplacés. Selon l'OIM, 55% des personnes interrogées ont déclaré n'avoir pas eu de nourriture du tout. Les besoins d'abris et de soins de santé pour les enfants comptent aussi parmi les besoins prioritaires.

En outre, l'OIM note que la majorité des civils se sont souvent déplacés à l'intérieur de leur gouvernorat. « Il y a eu très peu de mouvement d'un gouvernorat à l'autre. La majorité des personnes déplacées viennentt de Nineva et sont restées dans ce gouvernorat. Celles qui sont parties, se sont dirigées vers la région autonome kurde », a déclaré la porte-parole de l'OIM à Genève. Il y a aussi certaines familles qui se sont déplacées vers le sud de l'Iraq.

(Extrait sonore : Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM à Genève)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...