Gaza : l'UNICEF inquiet de l'augmentation du nombre d'enfants tués

Écouter /

Une famille palestinienne a trouvé refuge dans une école de l’UNRWA, fuyant leurs maisons. Photo: UNICEF

Au cours des derniers jours, il y a eu une augmentation inquiétante du nombre d'enfants tués, atteignant le niveau d'un par heure, a indiqué ce jeudi le Bureau de l'UNICEF Palestine, lors d'une interview avec la Radio des Nations Unies.

Selon le Fonds, au moins 181 enfants palestiniens ont été tués à ce jour à Gaza. Le plus jeune avait moins de trois mois et les deux tiers avaient moins de treize ans. Plus de 1.200 enfants ont été blessés et environ 125.000 enfants seraient en état de choc et ont besoin d'une assistance psychologique immédiate.

C'est la troisième guerre que les enfants à Gaza et dans le sud d'Israël subissent en à peine plus de cinq ans. Depuis plus de deux semaines les enfants de Gaza vivent avec des frappes aériennes, beaucoup de parents ne laissent plus sortir leurs enfants de leurs maisons et ne savent plus comment expliquer ce qui se passe. Les enfants voient des gens morts ou blessés dans les rues dont les maisons ont été abîmées dans leurs quartiesr, et leur propres maisons sont touchées, ce qui détruit leur sentiment de sécurité, dénonce l'UNICEF.

Beaucoup d'enfants présentent des symptômes de stress : ils ne dorment plus, ne mangent plus, n'interagissent plus ou font pipi au lit.

L'agence onusienne pour l'enfance a déployé cinq équipes de psychologues d'urgence qui se déplacent dans Gaza et se rendent auprès des enfants blessés, qui ont perdu un parent ou qui ont perdu leur maison.

L’UNICEF diffuse également des messages via la radio ou des textos pour apporter des conseils sur la façon de s’occuper des enfants en état de choc et donnant des numéros verts a appeler pour recevoir des conseils, un appui, ainsi que des messages de prévention contre le risque des munitions non-explosées.

L'UNICEF recommande de tenter de donner un sentiment de sécurité aux enfants en leur parlant, les occupant et les aidant à retrouver leurs routines, ce qui est très difficile sous fond de frappes aériennes et de conflit.

(Interview : Catherine Weibel, porte-parole de l'UNICEF Palestine ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...