Déficit de financement pour les réfugiés syriens : le HCR craint des conséquences dramatiques

Écouter /

Des centaines de réfugiés en provenance de Syrie franchissent la frontière vers la Jordanie, recevoir de la nourriture et de l’eau avant d’être transportés vers les centres de traitement. Photo: HCR / J.Kohler

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, met en garde aujourd'hui contre des conséquences dramatiques qui pourraient arriver si les déficits de financement pour les réfugiés syriens continuent. Face à la poursuite des violences en Syrie et un afflux dans la région de réfugiés en provenance de ce pays, le HCR et ses partenaires sont préoccupés des graves risques humanitaires si les écarts de financement ne sont pas comblés et les besoins croissants des réfugiés satisfaits.

Dans son Plan révisé d'intervention régional 2014 pour la Syrie, Plan qui sera présenté officiellement vendredi 4 juillet à Genève, le HCR et ses partenaires appellent les donateurs à financer un programme de 3,74 milliards de dollars à travers le Liban, la Jordanie, la Turquie, l’Irak et l’Egypte. Cela afin de sauver des vies, prévenir les dommages, protéger les personnes vulnérables et renforcer la capacité et la résilience des réfugiés et des communautés d’accueil alors que la crise syrienne s’aggrave dans sa quatrième année.

“A défaut de fournir suffisamment d’aide humanitaire pour les réfugiés syriens d’ici la fin de 2014, il pourrait y avoir des conséquences dramatiques pour les réfugiés et la stabilité de toute la région, y compris une menace sérieuse pour la sécurité au Liban», a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres.

“Nous avons une situation de volatilité accrue dans la région, un débordement du conflit en Irak, et les sorties continues de réfugiés dans les pays voisins aux prises avec la sécurité très complexe et les questions humanitaires » a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent les donateurs ont contribué à hauteur de 1,1 milliard de dollars pour le Plan d’intervention régional en Syrie. Mais ce montant ne peut couvrir que 30% des besoins étant donné que la nouvelle estimation du nombre des réfugiés syriens est de 3,6 millions de personnes dans la région d’ici la fin de 2014.

(Mise en perspective : Florence Westergard)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...