Consolidation de la paix : il faut insister sur l'inclusion des femmes, souligne le Tchad

Écouter /

Femmes burundaises – Photo : ONU

Le Conseil de sécurité des Nations Unies, sous la présidence du Représentant permanent du Rwanda, Eugène Gasana, a procédé ce matin à l'examen annuel de la question de la consolidation de la paix après les conflits.

Les quinze ont débattu des travaux de la 7ème session de la Commission de la consolidation de la paix qui examine les situations dans six États africains, à savoir le Burundi, la Sierra Leone, la Guinée-Conakry, la Guinée-Bissau, le Libéria et la République centrafricaine.

Après avoir entendu le Président de la Commission, le diplomate brésilien Antonio de Aguiar Patriota, les quinze ont pris la parole à l'instar du Représentant permanent adjoint du Tchad auprès des Nations Unies.

Bante Mangaral a mis l'accent sur la nécessité d'associer toutes les composantes de la société au processus de consolidation de la paix, et notamment les femmes. Il a indiqué que son pays se félicite de la prise en compte de l'égalité des sexes dans les travaux de la Commission de la consolidation de la paix et salue le partenariat avec ONU-femmes afin d'étudier le rôle réformateur des femmes dans les sociétés sortant d'un conflit et d'en faire prendre conscience et d'en tirer les enseignements.

Selon lui, l'émancipation économique des femmes peut en effet contribuer à l'efficacité et à la croissance économique à l'issue d'une période de conflit ainsi qu'à l'amélioration de la qualité et de l'impact social des mesures et des politiques de relèvement économique.

Le Tchad encourage l'émancipation et la participation des femmes au relèvement des pays sortant d'un conflit et appelons à la levée des obstacles en terme d'accès à la justice, aux ressources, aux moyens financier et aux compétences.

(Extrait sonore : Bante Mangaral, Représentant permanent adjoint du Tchad auprès des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...