Conseil des droits de l'homme : Navi Pillay accuse Israël et dénonce le Hamas lors d'une session spéciale sur Gaza

Écouter /

Navi Pillay, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme (Photo: ONU/J.M. Ferré)

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, tient ce mercredi 23 juillet à Genève, une réunion d'urgence pour étudier un projet de résolution présenté par la Palestine, demandant la protection internationale des Palestiniens et une enquête internationale d’urgence sur l’offensive israélienne. Et dans son discours liminaire, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a cité des récents exemples de destructions de maisons, et de civils tués, dont le ciblage « choquant » de sept enfants jouant sur une plage de Gaza. Dans ces conditions, elle a indiqué qu’il y a « une forte possibilité que le droit international humanitaire ait été violé, d’une manière qui pourrait constituer des crimes de guerre ».

Navi Pillay a demandé une enquête indépendante sur chacun de ces incidents.

De façon générale, la Chef des droits de l'homme de l'ONU a dénoncé le ciblage des civils tout en rappelant qu’il était impératif pour Israël, le Hamas et tous les groupes armés palestiniens de respecter strictement les lois humanitaires et internationales des droits humains.

Depuis le début des opérations israéliennes le 7 juillet dernier, la bande de Gaza a été soumise à un bombardement intensif quotidien dont plus de 2100 frappes aériennes.  Selon Navi Pillay, les hostilités ont entraîné la mort de plus de 600 Palestiniens, dont au moins 147 enfants et 74 femmes.  Comme dans les deux crises précédentes en 2009 et 2012, ce sont les civils innocents dans la bande de Gaza, notamment les enfants, les femmes, les personnes âgées et les personnes handicapées, qui ont le plus souffert.

Selon les premiers chiffres des Nations Unies, environ 74 pour cent des personnes tuées étaient des civils jusqu’ici, et des milliers d’autres avaient été blessés. Des centaines de maisons et d’autres bâtiments civils, tels que les écoles, ont été détruits ou gravement endommagés dans la bande de Gaza, et plus de 140.000 Palestiniens ont été déplacés.

Deux civils israéliens ont également perdu la vie et entre 17 et 32 autres ont été signalés blessés à la suite de roquettes et autres projectiles tirés de Gaza, et 27 soldats israéliens avaient été tués au cours des opérations militaires à Gaza. Les tirs indiscriminés par le Hamas et d’autres groupes armés de plus de 2900 roquettes et de mortiers en provenance de Gaza a continué de mettre en danger la vie des civils en Israël, et Mme Pillay de nouveau condamné ces attaques aveugles. « Il est inacceptable pour localiser moyens militaires dans des zones densément peuplées ou à lancer des attaques à partir de ces zones », a fait remarquer Navi Pillay. « Le droit international est clair – les actions d’une partie ne dispensaient pas l’autre partie de la nécessité de respecter ses obligations en vertu du droit international », a-t-elle martelé.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...