CEDAW : Léopold Samba évoque le sort des femmes en RCA

Écouter /

Une mère avec son enfant. Photo FNUAP/Sawiche Wamunza

Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a examiné aujourd’hui le rapport de la République centrafricaine sur la mise en œuvre des dispositions de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

Présentant le rapport, L'Ambassadeur Léopold Ismael Samba, Représentant permanent de la République centrafricaine auprès des Nations Unies à Genève, a déclaré que «c’est dans un contexte national particulier, marqué par une crise multiforme et profonde, où toutes les régions de mon pays ont subi une déstructuration sans précédent, où tous les droits humains ont été massivement violés, en particulier ceux de la femme, et où plus de la moitié de la population a besoin d’assistance humanitaire» que se tient la présente session.  Le projet de loi sur la parité homme-femme est en instance de validation par le Gouvernement de transition avant son adoption par le Parlement de transition. 

Certaines dispositions du code de la famille jugées discriminatoires à l’égard des femmes, ou contradictoires avec certaines conventions ratifiées, ont été corrigées.  M. Samba a en outre fait valoir que de nouvelles dispositions du code pénal visent à protéger les femmes contre toutes les formes de violences et que les sanctions à l’encontre de leurs auteurs ont été renforcées.  Il a toutefois reconnu qu’en dépit de cet élan national vers l’égalité entre l’homme et la femme, de nombreuses inégalités persistent.  Ainsi est-il de l’inégalité de statut et de position dans la société, qui restreint les chances d’éducation de la femme et limite sa capacité à prendre des décisions et à participer à la vie de la communauté.

Il a aussi relevé l’impunité des auteurs des crimes et de violences sexuelles en raison de l’absence du corps judiciaire dans certaines localités.  Le représentant centrafricain a enfin souligné que la volonté nationale ne peut être effective que si la sécurité et la paix sont garanties; c’est pourquoi l’apport substantiel de la communauté internationale s’avère indispensable.

La délégation centrafricaine, également composée d’une conseillère en matière d’affaires sociales et de genre à la Primature, d’un chargé de mission en matière juridique et du Directeur général de la promotion du genre, a répondu aux questions qui lui étaient adressées par les membres du Comité s’agissant, notamment, des viols et autres violences sexuelles; de la situation des femmes et enfants combattants; du confinement chez elles de personnes appartenant à certaines communautés du fait de l’insécurité ambiante; du sort des personnes déplacées; des mesures prises pour lutter contre l’impunité; des rapports entre l’État et les organisations non gouvernementales qui travaillent sur le terrain; du cadre institutionnel de prise en compte des questions de genre; de la mise en conformité de la loi nationale avec les dispositions de la Convention; des pygmées victimes d’esclavage; ou encore des questions de santé et d’éducation.

Les membres du Comité se sont inquiétés de l’ampleur des violences sexuelles en République centrafricaine.  Ils ont également relevé le taux très élevé de la pandémie du VIH/sida dans le pays, dont on s’attend qu’il augmentera encore du fait notamment des nombreux viols.  Étant donné que certaines sources parlent de nettoyage ethnique en République centrafricaine, il est important de savoir comment les autorités appréhendent leur rôle de protection des personnes déplacées dans le pays, a-t-il en outre été souligné.  L’attention a en outre été attirée sur l’impact dévastateur qu’a eu le conflit sur le système éducatif de la République centrafricaine.

Le Comité adoptera, dans le cadre de séances privées, des observations finales concernant les rapports présentés au cours de la session, qui seront rendues publiques à la clôture des travaux.

La séance de clôture de la présente session du Comité se tiendra le vendredi 18 juillet.

(Extrait sonore : Ambassadeur Léopold Samba, Représentant permanent de la République centrafricaine auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...