Afrique : le PAM diminue ses rations alimentaires pour 800.000 réfugiés faute de fonds

Écouter /

Une réfugié à Bangui, en République centrafricaine. l’aide alimentaire a été coupée par au moins 50% pour près de 450 000 réfugiés dans le pays. Photo: PAM / Rein Skullerud

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial (ONU) sont obligés de diminuer les rations alimentaires en Afrique, parfois jusqu’à 60% comme au Tchad, pour quelque 800.000 réfugiés en raison d’un manque de fonds. Ce manque de financement aggrave ainsi les niveaux de malnutrition de certaines communautés, en particulier chez les enfants.

Face à cette situation, la Directrice exécutive du PAM, Ertharin Cousin, et le Haut-Commissariat Antonio Guterres ont lancé ce mardi1er juillet  à Genève un appel de fonds de 225 millions de dollars pour ses opérations en Afrique jusqu'en décembre prochain.

Dans le détail, le PAM a demandé 186 millions de dollars pour rétablir ses rations complètes et empêcher toute nouvelle réduction des rations d’ici à la fin de l’année. De son côté, le HCR a indiqué avoir besoin d’urgence de 39 millions de dollars pour venir en aide aux réfugiés les plus vulnérables et les plus mal nourris en Afrique.
« Beaucoup de réfugiés en Afrique dépendent du PAM pour rester en vie et souffrent maintenant en raison du manque de financement » a déclaré Ertharin Cousin, citée dans un communiqué. Au total, sur tout le continent africain, 2,4 millions de réfugiés dans 22 pays dépendent de l’aide du PAM. Actuellement, quelque 800.000 d’entre eux, soit un tiers, ont vu leurs rations réduites.

La situation est particulièrement critique au Tchad où près de 300.000 réfugiés, en majorité venus de la région soudanaise du Darfour et de Centrafrique, ont vu leurs rations réduites de jusqu’à 60%. En Centrafrique et au Soudan du Sud, les rations sont parfois réduites de moitié au moins, selon le HCR et le PAM. Par ailleurs, quelque 338.000 réfugiés au Liberia, au Burkina Faso, au Mozambique, au Ghana, en Mauritanie et en Ouganda ont vu leurs rations réduites de jusqu’à 43% dans certains cas.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...