Afghanistan : la MANUA se félicite du retour de l'équipe chargée de la réforme et du partenariat dans le processus électoral

Écouter /

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Ján Kubis. Photo: ONU/E. Debebe

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) se félicite de l’accord conclu par les deux candidats à la présidence, Abdullah Abdullah et Ashraf Ghani, en vue de sortir de l’impasse électorale qui permet à l’équipe de la réforme et du partenariat de faire de nouveau partie du processus électoral en cours dans le pays.

L’accord – facilité par le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry – implique une vérification complète des résultats du second tour de l’élection présidentielle en Afghanistan. Les deux candidats s’engagent à participer et à respecter le résultat de cette vérification complète.

L’accord comprend également la formation d’un gouvernement d’unité nationale jusqu'à la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle, ce qui augure bien de la stabilité, de la prospérité et de l’unité de l’Afghanistan.

La MANUA a transmis le cadre et les procédures de l'accord d’audit, y compris une liste de vérification, à la Commission électorale indépendante (CEI) et à la Commission indépendante d’examen des plaintes électorales (CICE).

La Mission des Nations Unies a participé aujourd’hui à une réunion de la CEI, conduite par son président, Yusuf Nuristani, au cours de laquelle les représentants des candidats à la présidentielle, Fazel Ahmed Manawi au nom d'Abdullah et Daoud Sultanzoy au nom d'Ashraf Ghani, ont également participé, comme l’a fait le Président CICE, Abdul Sattar Sadaat.

Lors de la réunion, la CEI a examiné les mesures nécessaires qui permettront au processus de vérification de commencer sans délai.

Conformément au cadre de vérification et au plan convenu par les deux candidats à la présidence, “les deux candidats s’engagent à participer et à respecter les résultats d’un audit électoral complet et crédible portant sur la totalité des bulletins de vote, environ huit millions de bulletins de vote, contenus dans 23 000 urnes.

La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) transportera toutes les urnes dans la province de Kaboul, où tous les bulletins de vote seront vérifiés. La FIAS et les forces de sécurité afghanes assureront la sécurité des urnes tant au cours du processus de transit et que dans leur emplacement de stockage, probablement un hangar de l’aéroport international de Kaboul.

La vérification des urnes actuellement à Kaboul va commencer dans les 24 heures. Les urnes seront déplacées rapidement de la province de Kaboul, puis vérifiées, sur une base continue.

Le processus de vérification sera supervisé internationalement selon la procédure proposée par les Nations Unies, en consultation avec les deux candidats.

Les équipe des candidats respectifs doivent assurer une surveillance conjointe et s'engager à suivre le processus de vérification proposé par l’ONU. Les représentant des candidats seront autorisés à accéder aux urnes sous la surveillance de la FIAS et des forces de sécurité afghane.

Les vérifications seront effectuées conformément aux meilleures normes internationales, en utilisant une liste de contrôle de la CEI complétée par des recommandations des Nations Unies.

Avant la conclusion de la vérification, la CEI va fournir une explication complète sur la différence observée entre la participation électorale annoncée le jour de l’élection et celle annoncée dans le cadre des résultats préliminaires le 7 juillet.

Un nouveau Président de la CEI sera nommé dans les plus brefs délais avec l’approbation des deux candidats.

Les procédures d’audit recommandées par les Nations Unies sont les suivantes:

Les vérifications seront effectuées par la CEI en présence d’observateurs internationaux et nationaux, de représentants des candidats, des médias et des conseillers de l’ONU. Les observateurs et les représentants des candidats peuvent présenter des commentaires et poser des questions à l’équipe de vérification de la CEI sur la base de la liste de vérification et peuvent signer la liste de contrôle. Les différends ou les questions laissées sans réponse satisfaisante seront signalés à l’ONU pour obtenir des conseils, notamment sur les meilleures pratiques internationales, ou pour être résolus grâces à ses bons offices. Si le problème n’est pas résolu, il sera enregistré dans la fiche de vérification pour de plus amples arbitrages par la Commission dans ses délibérations.

La CEI s'engage à ce que les conseillers de l’ONU, les représentants des équipes électorales des deux candidats, les observateurs nationaux et internationaux, et les médias aient totalement accès à l'intégralité du processus de vérification.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...