Sommet mondial sur la société de l’information: bilan pour les dix dernières années et vision pour l’après-2015

Écouter /

Source:ITU

Plus de 1 600 participants, dont une centaine de ministres et de dirigeants d’organisations internationales, et des représentants d’entreprises, de la société civile et des milieux universitaires se sont  réunis  à Genève dernièrement pour examiner les progrès accomplis ces dix dernières années dans la mise en œuvre des résultats du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) et de fixer des priorités pour le programme de développement pour l’après-2015.

“Les technologies de l’information et de la communication sont, de longue date, reconnues comme permettant de réduire la fracture numérique et d’atteindre les objectifs du développement durable dans ses trois dimensions: croissance économique, équilibre écologique et inclusion sociale”, a déclaré M. Ban Ki‑moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. “Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour élargir l’accès aux TIC et à la connectivité large bande dans le monde entier, y compris en desservant les habitants des zones isolées, des pays sans accès au littoral, des petits Etats insulaires en développement et des pays les moins avancés. Cela ouvrira de nouvelles perspectives à des millions de personnes et nous permettra d’atteindre nos objectifs en matière de développement pour l’après‑2015.”

Avec l’explosion des technologies de l’information et de la communication (TIC), qui font désormais partie prenante de nos vies quotidiennes, le lien entre ces technologies et le développement humain prend une importance accrue. Il est donc nécessaire d’envisager l’édification d’une société de l’information inclusive dans le contexte élargi du programme de développement pour l’après-2015, ainsi qu’il est affirmé dans le document Vision du SMSI+10 pour le SMSI au cours de l’après- 2015, qui sera approuvé aujourd’hui.

Ainsi que l’a fait remarquer Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l’UIT, “Les documents finals du SMSI+10 établissent une série de priorités nouvelles pour une action commune centrée sur la poursuite du développement de l’écosystème des TIC dans son ensemble, tout en privilégiant le potentiel des TIC au service du développement”. “Nous préparons aujourd’hui le terrain pour que les TIC contribuent efficacement à ce que soient atteints les objectifs définis dans le programme de développement durable pour l’après-2015.”

La nécessité de protéger et de renforcer les droits humains, en ligne et hors ligne, et d’élargir l’accès de tous aux TIC, en particulier pour les personnes vulnérables et marginalisées, a été mise en avant, de même que l’élaboration et la mise à disposition d’appareils simplifiés qui facilitent l’inclusion numérique.

La nécessité de renforcer les capacités pour suivre le rythme des avancées technologiques, de garantir le multilinguisme dans l’utilisation des TIC, de préserver le patrimoine culturel à l’ère numérique et de contribuer à résoudre les problèmes environnementaux au moyen des TIC vertes sont autant de tâches considérées comme prioritaires, de même que la promotion de l’économie numérique et du commerce en ligne.

Les gouvernements sont encouragés à mettre en œuvre des stratégies et politiques nationales adaptées pour faire progresser les TIC en tant que catalyseurs du développement socio-économique et à faciliter la mise en place de cadres réglementaires et juridiques et d’un climat d’investissement qui contribuent à mettre les TIC au service du développement.

L’accent a été mis sur la nécessité d’établir la confiance et la sécurité dans l’utilisation des TIC, notamment dans des domaines comme la protection des données personnelles, le respect de la sphère privée et le renforcement de la sécurité et de la robustesse des réseaux. De même, il est nécessaire de mettre en valeur les capacités nationales et régionales de traitement des problèmes liés à la cybersécurité, en encourageant une culture de la responsabilité et de l’effort collectif de la part de toutes les parties concernées. Il faut en outre poursuivre et renforcer la coopération entre toutes les parties prenantes à l’échelle nationale, régionale et internationale.

La Déclaration du SMSI+10 sur la mise en oeuvre des résultats du SMSI fait le bilan des progrès accomplis ces dix dernières années. Cette Déclaration réaffirme l’importance des TIC pour le développement futur de la société de l’information, en ce sens que ces technologies stimulent l’innovation, offrent des moyens d’agir à différents groupes de population, dans les pays développés comme dans les pays en développement, donnent accès à l’information et encouragent la croissance économique et sociale. Elle invite les organisations du système des Nations Unies et toutes les parties prenantes à tirer pleinement parti du potentiel des TIC pour résoudre les problèmes de développement du XXIe siècle et reconnaître que ces technologies sont de puissants outils transversaux propres à faciliter l’instauration des trois piliers du développement durable que sont la croissance économique, l’équilibre écologique et l’inclusion sociale.

Le rapport Final WSIS Targets Review (“Bilan final de la réalisation des cibles du SMSI”)  fait état de progrès sensibles dans l’utilisation des TIC, l’accès à ces technologies et le développement des infrastructures, mais aussi de résultats mitigés concernant la réduction de la fracture numérique.

Le Rapport 2014 sur l’inventaire des activités liées au SMSI attire l’attention sur les principales réalisations obtenues par différentes parties prenantes dans le monde. Les exemples de réussite en lien avec le SMSI font référence aux projets liés au SMSI qui ont été récompensés en 2014.

(Interview: Adama Samassékou, Ancien Ministre de l’éducation du Mali, ancien Président du Comité Préparatoire du SMSI pour la phase de Genève ; Propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous L'info, Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...