RCA : campagne de désarmement volontaire lancée à Bangui

Écouter /

Le Premier ministre de la République centrafricaine, André Nzapayeke. (Image: David Minuya/MINUSCA)

En République centrafricaine (RCA), le 8 juin a été déclaré journée nationale de désarmement volontaire afin que tous les citoyens renoncent à leurs armes, dans le but de mettre fin à un cycle de violence religieuse entre chrétiens et musulmans.

Le Premier ministre du pays, André Nzapayeke, a visité dimanche plusieurs sites désignés pour le désarmement national volontaire.

Même si l’initiative a connu un faible taux de participation, certains ont répondu et remis des grenades, des armes à feu, des munitions, des machettes et des lance-roquettes.

André Nzapayeke a qualifié la campagne de réussite qui montre la bonne volonté des gens à désarmer.

Pour lui, il s'agit d'abord d’une campagne de communication pour que les Centrafricains se sentent concernés par le recouvrement de la paix et sur les actions à mener pour aller vers la paix.

« Si quelqu'un dit 'je veux la paix, je souhaite vivre en paix', ce ne sont pas les 20 membres du gouvernement qui vont faire la paix, c'est chacun de nous » a-t-il souligné lors de ses visites.

« La paix ne vient par avion ni par voiture, la paix c'est un comportement, c'est une phrase, c'est une attitude, c'est vraiment l'individu qui fait la guerre et la paix » a-t-il ajouté en se félicitant de la réelle volonté qu'il percevait depuis que l'opération de désarmement a été lancée.

Le gouvernement a désigné huit districts de la capitale et deux quartiers, dans lesquels les gens en possession d’armes illégales et d’autres matériels militaires peuvent les rendre volontairement.

(Extrait sonore : André Nzapayeke, Premier ministre de la République centrafricaine ; propos recueillis par David

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...