Nigéria : l’ONU finalise un ensemble de mesures pour appuyer la libération des lycéennes de Chibok

Écouter /

Said Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’ouest. Photo ONU/Paulo Filgueiras

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'ouest, Saïd Djinnit a achevé, lundi, son deuxième voyage officiel au Nigéria, un déplacement au cours duquel il a notamment présidé la finalisation, avec l'équipe de pays du Nigéria, d'un ensemble intégré de mesures d'appui destiné à compléter les efforts déployés par le Nigéria pour libérer les plus de 200 lycéennes qui ont été enlevées par Boko Haram, le 14 avril dernier, à Chibok, dans l’État de Borno.

« On ne peut pas accepter qu'à ce moment de l'histoire de l'humanité, plus de 200 filles puissent être enlevées dans de telles conditions, et menacées d'être mariées de force ou de devenir esclave. C'est inacceptable selon toutes les valeurs humaines et spirituelles », a notamment condamné le Représentant spécial.

Le Représentant spécial a expliqué que le Paquet d'appui intégré des Nations Unies comprend des mesures à court terme destinées à fournir un appui aux familles des filles, à leurs communautés. Un appui psycho-social est également prévu pour les lycéennes une fois qu'elles auront été libérées. Le paquet de mesures vise également le moyen et long terme car, a indiqué Saïd Djinnit, les régions concernées ont de toute évidence besoin d'un important niveau de redressement socio-économique afin d'atteindre le même niveau de développement que le reste du pays.

Le Représentant spécial a par ailleurs rappelé que le Nigéria a été un important pilier de stabilité pour la région et pour le continent et s'est inquiété du fait que l'insécurité croissante dans le nord-est du pays et l'insurrection de Boko Haram ont le potentiel de déstabiliser l'ensemble de la région. Saïd Djinnit a notamment fait observer que l'impact des activités de Boko Haram se fait ressentir au Niger, au Cameroun et dans la région du Lac Tchad. Saïd Djinnit a insisté sur l'importance d'adopter une approche régionale et a encouragé les pays concernés à se rassembler et à élaborer des stratégies conjointes pour répondre au problème. « À l'heure actuelle, les menaces auxquels font face un pays doivent être considérées comme une menace pour la région entière », a-t-il affirmé, évoquant notamment le problème de la piraterie dans le Golfe de Guinée, le fléau du terrorisme dans la région du Sahel ou encore le trafic de stupéfiants.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis. Extrait sonore : Saïd Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'ouest)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...