Libye : persistance de l'insécurité et des menaces sur la transition politique

Écouter /

Tarek Mitri, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Libye et chef de la Mission de l'ONU- Photo: ONU

Le Conseil de sécurité, sous présidence russe, a examiné ce matin la situation en Libye. Les quinze ont entendu un exposé de Tarek Mitri, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Libye et chef de la Mission de l'ONU. Ce dernier a fait le point sur les derniers développements plutôt inquiétants qu'a connus le pays notamment la crise institutionnelle relative à la nomination du Premier Ministre et l'insécurité persistante qui sapent les efforts de reconstruction des Libyens et de la communauté internationale.

Selon Tarek Mitri, il y a d'abord lieu de se préoccuper de la situation sécuritaire et les menaces qui pèsent sur la transition politique. Ainsi, la mobilisation depuis la mi-mai par le général en retraite Khalifa Haftar de certaines unités de l'Armée nationale pour lutter contre des groupes qualifiés de terroristes a entraîné une série de violences et d'assassinats ciblés à Benghazi et dans d'autres zones à l'est du pays.

De plus, la crise relative à la nomination d'un nouveau Premier Ministre a atteint son apogée le 18 mai lorsque des groupes armés ont pénétré dans le bâtiment du Congrès général national pour empêcher la nomination d'un nouveau chef de gouvernement.

Selon le Représentant spécial, il y a toutefois lieu de se réjouir des progrès enregistrés par le processus constitutionnel avec l'élection du Président, du vice-président et des règles de procédure de l'Assemblée constituante et le lancement de l'Initiative sur le dialogue des femmes soutenue par les Nations Unies.

En outre, la Commission électorale nationale libyenne avec l'appui de l'ONU prépare l'élection des 200 membres du Conseil des représentants qui succèdera au Congrès général national. D'ores et déjà 1,5 million d'électeurs sont inscrits et 1 714 personnes dont 152 femmes ont fait acte de candidature. Les élections doivent se tenir le 25 juin.

Enfin, l'ONU malgré certains progrès, observe avec une certaine inquiétude les procès de 37 responsables de l'ancien régime. Elle espère que ses dernières observations relatives notamment aux droits de la défense seront prises en compte par les autorités judiciaires libyennes.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...