Iraq : l'ONU préoccupée par la violence sectaire

Écouter /

Les Conseillers spéciaux du Secrétaire général des Nations Unies sur la prévention du génocide, Adama Dieng, et sur la responsabilité de protéger, Jennifer Welsh, ont exprimé jeudi leur profonde préoccupation concernant la détérioration de la situation en Iraq et l’impact de cette dégradation pour les populations de ce pays.

Les Conseillers spéciaux ont vivement réagi contre les informations qui font état d’attaques contre des civils et d’autres personnes qui ne sont pas parties prenantes aux hostilités, dont les attaques perpétrées par les groupes terroristes tels que l’Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL), en soulignant que de telles attaques constituent des violations du droit humanitaire internationale et pourraient constituer des crimes de guerre.

« La protection des civils devrait être la priorité de toute stratégie visant à résoudre la situation actuelle », ont souligné les deux conseillers spéciaux dans un communiqué de presse, en réitérant la mise en garde du Secrétaire général Ban Ki-moon contre l’escalade de la violence sectaire en Iraq et au-delà dans la région.

Adama Dieng et Jennifer Welsh ont affirmé que les membres des minorités religieuses sont dans une situation particulièrement précaire, et qu’un grand nombre des membres de la minorité chrétienne avaient fui la ville de Mossoul devant l’avancée des combattants de l’EIIL.

« Dans le contexte de la polarisation sectaire et confessionnelle croissante dans le pays, il faut accorder une attention particulière aux minorités religieuses qui sont particulièrement vulnérables », ont indiqué les conseillers spéciaux en rappelant que l’occupation de la ville d’Al-Tafar dans le nord-ouest de l’Iraq avait suscité des craintes pour la sécurité de la minorité des Yazidis qui vivent dans la région.

Les conseillers spéciaux ont également réitéré l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU au gouvernement et aux dirigeants politiques à travailler ensemble afin d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire sans entraves.

Adama Dieng et Jennifer Welsh ont appelé l’ensemble des parties prenantes en Iraq, y compris tous les dirigeants politiques, militaires et religieux à s’abstenir de toute stratégie de violence et de confrontation et à tout mettre en œuvre pour éviter les actes de représailles intercommunautaires.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...