Femmes autochtones : victimes d'une double discrimination

Écouter /

Une femme pygmée Bakoya devant son domicile dans le village d’Imbong, au Gabon. Photo ONU/Gill Fickling

Soyata Maiga, Présidente du Groupe de travail de l’Instance sur les populations et les communautés autochtones en Afrique et Rapporteur spéciale sur le droit des femmes en Afrique fait le point sur la situation des femmes autochtones dans le continent africains. Ces dernières, déplore-t-elle, sont victimes d'une double discrimination, « le fait d'être femme et le fait d'être femme autochtone ».

Soyata Maiga explique que les femmes autochtones sont fréquemment victimes de violences au sein de leur propre communauté, mais qu'au vu de leur accès très faible à la justice, ces violences restent souvent impunies. Les femmes autochtones souffrent aussi de certaines pratiques traditionnelles, les mariages précoces notamment et d'un accès inégal à l'éducation. Dans certains pays, ces femmes peuvent être victimes d'esclavage sexuel, contraintes de travailler dans les champs, battues et violées. Certaines se voient même arracher leur enfant à leur naissance. Le taux de mortalité maternelle et infantile est par ailleurs très élevé au sein des communautés autochtones, indique la Rapporteure spécial.

Même si les femmes commencent à s'organiser dans certains pays, ces peuples demeurent isolés et ont une certaines peur de l'administration de la justice

Pour Soyata Maiga il faut donc trouver des mécanismes traditionnels pour apporter la justice au sein des communautés autochtones de manière à respecter les structures sociales dans lesquelles vivent ces femmes.

(Interview Soyata Maiga, Présidente du Groupe de travail de l’Instance sur les populations et les communautés autochtones en Afrique et Rapporteur spéciale sur le droit des femmes en Afrique. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...