Côte d’Ivoire : l’envoyée de l’ONU prône la création d'une force de réaction rapide au sein de l'ONUCI

Écouter /

Aïchatou Mindaoudou s’adresse au Conseil de sécurité (Photo : ONU /Devra Berkowitz

Le Conseil de sécurité s'est réuni lundi pour entendre la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire présenter le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation dans ce pays.

Devant les quinze, Aïchatou Mindaoudou a affirmé que la Côte d'Ivoire est « engagée sur la voie d'une stabilité durable ».

Elle s'est félicitée de la croissance économique « impressionnante » dont jouit actuellement le pays, soulignant le développement rapide des infrastructures et l'accroissement des investissements privés «attirés par un environnement des affaires très favorable, encouragé par le gouvernement du Président Alassane Ouattara ».

Selon elle, « le processus de réconciliation a connu un nouvel élan avec la prorogation en février du mandat de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR). » « Les attentes à l’endroit de cette Commission qui doit faire des recommandations au gouvernement sur les réparations et autres mesures destinées aux victimes de la crise, afin de favoriser le processus de réconciliation, sont immenses », a-t-elle dit.

La Représentante spéciale a également noté que le Président Ouattara continuait de « tendre la main aux proches de l’ancien régime » et que son gouvernement continuait « de poser des actes importants afin de réduire les tensions avec l’ex-parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI) ».

S’agissant de la situation sécuritaire, Aïchatou Mindaoudou a souligné que celle-ci s’était notablement améliorée depuis 2011, mais que les vols à main armée, le banditisme et les autres activités criminelles continuaient de contribuer à l’instabilité à travers le pays.

Fin mai, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a achevé le retrait de 1.700 troupes, ces réductions des effectifs militaires ayant été possibles en raison des progrès importants accomplis.

La Représentante spéciale a estimé qu’il fallait adopter une approche prudente pour ce qui est de la prochaine réduction des forces alors que les prochaines élections sont prévues en 2015.

Elle a toutefois estimé possible de procéder à une réduction supplémentaire de 1.100 troupes.

« L’élément clé pour la mise en œuvre du nouveau concept des opérations est la création au sein de l’ONUCI d’une force de réaction rapide qui va nous aider à combler le vide dans certaines zones du pays du fait de l’absence d’une présence militaire permanente », a-t-elle ajouté.

(Extrait sonore : Aïchatou Mindaoudou, Représentante spéciale du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...