Côte d'Ivoire : Le FMI approuve un décaissement de 75 millions de dollars

Écouter /

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu la cinquième revue des résultats économiques obtenus par la Côte d'Ivoire dans le cadre du programme appuyé par un accord au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). La décision du Conseil d'administration, ouvre la voie au décaissement immédiat d'un montant d'environ 75millions de dollars , ce qui porte le total des décaissements au titre de cet accord à environ 551 millions de dollars.

Les performances macroéconomiques de la Côte d'Ivoire ont été impressionnantes en 2013. D'après les estimations, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel a atteint 8.7 %, tirée par une forte demande intérieure et une hausse des exportations. Le taux d'inflation annuel moyen est resté modéré à 2.6 %, tandis que la situation des finances publiques s'est améliorée. Les hausses des investissements directs étrangers (IDE) et des prêts projets ont financé le léger creusement du déficit extérieur du compte courant.

La mise en œuvre du programme macroéconomique reste bonne. Tous les critères de performance et tous les repères indicatifs à l'exception d'un seul ont été respectés à fin décembre 2013. Des progrès satisfaisants ont été enregistrés dans la mise en œuvre du programme de réformes structurelles, avec notamment l'adoption de la stratégie à moyen terme de la masse salariale et d'un plan d'actions assorti d'un chronogramme pour la restructuration des banques publiques. Des mesures ont aussi été prises pour améliorer le climat des affaires et renforcer la gestion financière publique et l'administration fiscale.

Les perspectives macroéconomiques de la Côte d'Ivoire pour 2014 restent positives. La croissance devrait se stabiliser à un niveau élevé (8,5%), soutenue par une hausse continue et forte de la demande intérieure. Le taux d'inflation annuel moyen devrait baisser à 1.2%. Le déficit global des finances publiques resterait modéré à 2.3 %, tandis que, selon les projections, les hausses des IDE et des prêts projets financeront le creusement du déficit extérieur courant.

Pour la Côte d'Ivoire, les principaux défis sont d'entretenir la dynamique de la croissance et de la rendre plus inclusive au travers d'une mise en œuvre déterminée du programme de réformes structurelles. Les domaines prioritaires portent sur l'amélioration continue du climat des affaires pour favoriser le développement du secteur privé, la mise en œuvre du plan d'actions pour la restructuration des banques publiques et, plus généralement, le développement du secteur financier.

De plus, il importe d'accroître la transparence et l'efficacité des dépenses publiques, d'améliorer la prévision et la gestion de la trésorerie, consolider la situation financière du secteur de l'électricité tout en investissant pour augmenter l'offre d'énergie, et de renforcer la gestion de la dette à travers une rapide réorganisation de l'unité de gestion de la dette. A moyen terme, une réduction du ratio de la masse salariale par rapport aux recettes fiscales facilitera la mise en œuvre de façon viable du projet de couverture maladie universelle, et plus généralement, créera les marges de manœuvre budgétaire pour les nécessaires dépenses sociales et de développement.

(Interview : Alain Feler, représentant résident du FMI pour la Côte d'Ivoire ; propos recueillis par Constant Mahilet, d'ONUCI-FM)

Le dernier journal
Le dernier journal
01/10/2014
Loading the player ...