Conseil de sécurité : les Tribunaux pénaux internationaux ont forcé les responsables de crimes graves à répondre de leurs actes

Écouter /

Olivier Maes, Représentant permanent adjoint du Luxembourg auprès des Nations Unies- Photo: ONU

Le Conseil de sécurité, présidé au mois de juin par la Fédération de Russie, a fait le point ce matin à New York sur les activités des Tribunaux pénaux internationaux pour l'Ex-Yougoslavie et le Rwanda qui arriveront bientôt à leur terme.

A ce long débat, a notamment pris part le Luxembourg qui a rappelé aux responsables des crises actuelles, notamment en Syrie, qu'ils devront faire face aux conséquences des choix qu’ils font, des mesures qu’ils prennent, et des ordres qu’ils donnent.

Le représentant a fait valoir qu'en créant les Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, le Conseil de sécurité a répondu à l’appel universel demandant que les personnes responsables des crimes les plus graves qui touchent la communauté internationale dans son ensemble répondent de leurs actes.

La Cour pénale internationale (CPI), juridiction permanente à vocation universelle, a désormais pris le relais et poursuit l’oeuvre de justice. A l’heure où les travaux des deux Tribunaux touchent à leur fin, il importe plus que jamais que le Conseil de sécurité assume ses responsabilités s’agissant de mettre fin à l’impunité, notamment en apportant un soutien sans faille à la Cour pénale internationale. Aussi, le fait que le Conseil de sécurité puisse déférer des situations à la Cour pénale internationale en fait un acteur clef en matière de responsabilisation.

(Extrait sonore : Olivier Maes, Représentant permanent adjoint du Luxembourg auprès des Nations Unies)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...