CITES : deuxième année de baisse du nombre d'éléphants braconnés en Afrique

Écouter /

Éléphant-Parc-national-de-Mikumi-en-Tanzanie_UNPhoto

Avec plus de 20.000 éléphants victimes de braconniers l’an dernier sur le continent africain, la situation reste alarmante. Selon le Secrétariat de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), ce chiffre montre tout de même un net recul par rapport au pic de 2011 où 25.000 éléphants ont été braconnés. En 2012, leur nombre étaient de 22.000. Les experts de l'ONU justifient cette baisse par l'engagement du continent dans le combat contre les contrebandiers d’ivoire.

En effet, la lutte contre les trafiquants d’ivoire a été pour la première fois plus fructueuse en Afrique qu’en Asie en 2013, grâce aux efforts déployés par certains pays africains. Depuis mars 2013, pour la première fois, « davantage de grosses prises ont été faites en Afrique qu’en Asie ».

Selon le rapport de cette organisation onusienne chargée de la protection des espèces menacées, 80% des saisies en Afrique ont été faites dans trois pays (Kenya, Tanzanie et Ouganda). « Vous ne pouvez pas combattre” le commerce illégal, si l’on ne s’attaque qu’au début de la chaîne », fait remarquer la CITES.

Malgré un chiffre en net recul, John Scanlon, Directeur général de la CITES a estimé dans un communiqué que les éléphants africains « continuent à faire face à une menace immédiate pour leur survie ».

(Extrait sonore : Tom de Meulenaer, Expert scientifique de la CITES ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...