Ukraine : Navi Pillay appelle au dialogue et demande des enquêtes transparentes sur les violences

Écouter /

Navi Pillay. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

Le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a condamné l’explosion de violence en Ukraine, qui provoque de plus en plus de victimes et de destructions. Les services de Navi Pillay invitent toutes les parties de faire davantage d’efforts pour trouver une solution pacifique à la crise ukrainienne, en particulier dans l’est et le sud de l’Ukraine. A cet égard, le Haut-Commissariat invite Kiev de mener rapidement des enquêtes transparentes et complètes sur les violences dans les régions d’Odessa et de Donetsk.

Le Haut Commissariat demande aux autorités ukrainiennes de respecter les normes internationales dans ses opérations militaires, l’état de droit et les droits de l’homme de la population parlant russe. En outre, les groupes d’opposition armés doivent mettre un terme à leurs actions illégales, déposer leurs armes, libérer les détenus et évacuer les bâtiments publics qu’ils occupent. « Il est essentiel que les autorités mènent rapidement des enquêtes transparentes et complètes dans les événements des régions d’Odessa et de Donetsk qui ont conduit à la mort de dizaines de personnes ces derniers jours », a affirmé Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat lors d'un point de presse ce mardi à Genève.

Le Haut Commissariat appelle à permettre les manifestations pacifiques et à garantir leur sécurité. « Les dirigeants à tous les niveaux doivent prendre des mesures pour mettre un terme à la rhétorique de la haine et de la confrontation, avant que la situation n’échappe à tout contrôle », font remarquer les services de Navi Pillay.

Le Haut Commissariat condamne en outre toutes les attaques contre des journalistes et exige de toutes les parties de leur permettre de travailler en sécurité. « C’est un facteur clef pour éviter la désinformation croissante qui alimente des divisions dangereuses et artificielles entre les communautés », avertit l'agence onusienne basée à Genève.

Concernant le futur scrutin présidentiel, le Haut-Commissariat rappelle qu'il y a encore « 20 jours pour ramener le calme et rendre les élections possibles ». « Mais c’est très proche, c’est donc préoccupant », a estimé un porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, à propos de l’élection présidentielle ukrainienne programmée pour le 25 mai.

En conclusion, le Haut Commissariat rappelle qu'il dispose d’une équipe de 34 observateurs dans cinq endroits différents en Ukraine. Il publiera un rapport complet le 15 mai.

(Interview: Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...