Soudan du Sud : les agences humanitaires déplorent le manque de ressources et d’accès

Écouter /

Photo : WFP/George Fominyen

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM) appellent les parties au conflit au Soudan du Sud à assurer un accès sécuritaire pour permettre l’aide humanitaire d’atteindre les personnes vulnérables, y compris 125 000 réfugiés soudanais dans le comté de Maba dans le Haut État du Nil.

Le ravitaillement des camps de réfugiés dans le comté de Maban a été compliqué par l’insécurité persistante et les combats le long des voies d’approvisionnement, ce qui empêche le PAM de procéder à la livraison régulière des approvisionnements alimentaires importants pour les réfugiés. Par conséquent, l’agence et ses partenaires ont été contraints de distribuer des rations réduites en mars et avril aux réfugiés qui dépendent en grande partie de cette aide alimentaire pour leur survie.

Le HCR est profondément préoccupé par l’augmentation des taux de malnutrition chez les enfants de réfugiés dans les quatre camps qui se rapprochent du seuil d’urgence de 15 %. Il y a des indications que, dans le camp de Doro les taux de malnutrition aiguë ont grimpé en février et en mars.

Le PAM distribuera cette semaine les derniers stocks de nourriture restant aux réfugiés des camps du comté de Maban. Ces rations alimentaires dureront moins d’une semaine. Le PAM utilisera des avions pour amener les stocks alimentaires supplémentaires pour les camps au cours des cinq prochains jours. Plus de 2 300 tonnes de nourriture sont nécessaires chaque mois pour aider les réfugiés soudanais et les communautés d’accueil vulnérables en comté de Maban.

“Nous avons des approvisionnements alimentaires qui pourraient atteindre les camps de réfugiés en quelques les jours par la route, mais la poursuite des combats le long des routes d’approvisionnement clés nous empêche de fournir des stocks suffisants dans le comté de Maban pour aider les réfugiés », a déclaré Mike Sackett, Directeur du PAM au Soudan du Sud.

Les organisations humanitaires ont fait face à de graves difficultés dans l’accès à de nombreuses régions du pays par route et voie fluviale. L’insécurité et les combats ont été les principaux obstacles, mais même dans les zones où il n’ya pas eu de conflit actif, les transporteurs commerciaux embauchés par des agences font état de points de contrôle et de demandes de pots de vin excessifs.

Le PAM utilise une combinaison de ponts aériens et de largages à distance pour accéder aux zones difficiles à atteindre, surmontant des défis graves, y compris le pillage et les combats continus.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...