Santé : l'espérance de vie en hausse, mais le fossé entre riches et pauvres persiste

Écouter /

UN Photo/John Isaac

Selon le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), partout, les gens vivent plus longtemps. Le document indique que cette situation est due au fait que moins d’enfants meurent, que certaines maladies reculent, et que la consommation de tabac est en baisse. Pour autant, les conditions de vie dans les pays à faible revenu continuent d’impacter la qualité de la vie.

L'OMS indique qu'en 2014, une fille née en 2012 peut s’attendre à vivre environ 73 ans et qu'un garçon atteindra, en moyenne l’âge de 68 ans. Cela représente un gain de six ans par rapport à un enfant né en 1990.

A un de la date butoir de 2015 pour atteindre les objectifs anti- pauvreté contenus dans les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), des progrès substantiels ont été réalisés pour de nombreux objectifs liés à la santé, soulignent les auteurs du rapport.

Les statistiques de l’OMS montrent que les pays à faible revenu ont fait le plus de progrès, avec une augmentation moyenne de l’espérance de vie par neuf années entre 1990 et 2012. Les six premiers pays où l’espérance de vie a le plus augmenté sont le Libéria qui a vu une augmentation de 20 ans, suivi par l’Éthiopie (de 45 à 64 ans), les Maldives (58 à 77 ans), le Cambodge (54 à 72 ans), le Timor-Leste (50 à 66 ans) et le Rwanda (48 à 65 ans).

Néanmoins, près de 18 000 enfants dans le monde meurent chaque jour en 2012, souligne le rapport et de grandes inégalités subsistent en matière de mortalité infantile entre les pays à revenu élevé et à faible revenu.

«Il ya encore un fossé majeur entre riches et pauvres: les gens dans les pays à revenu élevé continuent d’avoir une bien meilleure chance de vivre plus longtemps que les personnes dans les pays à faible revenu », a déclaré la Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan.

Les femmes vivent plus longtemps que les hommes en général, mais dans les pays à revenu élevé, la différence est de l’ordre de six ans, tandis que dans les pays à faible revenu, la moyenne tombe à trois ans.

Extrait sonore : Docteur Ties Boerma, Directeur du Département des statistiques et de l'informatique de la santé à l’OMS)

Classé sous L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...