RDC / Nord-Kivu: des déplacés de Ngungu jugent insuffisante l'aide apportée par le PAM

Écouter /

Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les déplacés qui ont fui depuis sept mois les combats entre les miliciens Raïa Mutomboki et Nyatura dans le groupement d'Ufamandu jugent insuffisante les 240 tonnes de vivres que leur a apporté le Programme alimentaire mondial (PAM) cette semaine.

L'assistance, composée de maïs, de haricot, d'huile végétale et de sel, a été distribué 27 000 déplacés qui ont trouvé refuge à Ngungu, à 60km au Sud-Ouest de Goma dans la province du Nord Kivu en RDC, pour réduire le taux de malnutrition aigüe chez les enfants et les femmes enceintes.

Ces déplacés veulent rentrer dans leurs localités pour reprendre les travaux champêtres. Ils réclament le rétablissement de la paix.

«Nous sommes forts et nous pouvons travailler dans nos champs. Rester en déplacement n'a pas de sens. Nos enfants ne vont plus à l'école, et nous n'avons rien. Qu'on enlève les armes qui polluent notre milieu, c'est ça la paix. Et c'est notre grande préoccupation.

Actuellement, nous sommes 11 femmes à vivre dans une même maison avec nos enfants. Pour dormir, nous devons mettre toutes les affaires dehors. En tout cas, il n'y a pas de vie ici », raconte une femme déplacée, venue du village de Fungulamacho.

Les déplacés vivent dans des familles d'accueil. Pour survivre, ils se font employer par les habitants de Ngungu dont ils cultivent les champs moyennant 1000 francs congolais (1,8 dollars américain) après 8 heures de travail. Ceux qui ne possèdent pas de houe ou de machette doivent en louer à 500 francs congolais (0,6 dollar américain).

Dans son bulletin d'informations publié le jeudi 3 avril, le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) avait indiqué avoir recensé 1 076 745 déplacés internes au Nord-Kivu. Ce document avait fait état des personnes qui ont quitté leurs milieux d'origine entre janvier 2009 et février 2014. Cette agence de l'Onu avait également sollicité une intervention en faveur de ces déplacés qui, selon elle, devraient rentrer dans leurs villages après plusieurs années passées loin de leurs localités.

(Mise en perspective : Rosalisa Wadi, Radio Okapi)

 

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...