RCA/Cameroun: 29 enfants centrafricains morts de soif, d'anémie ou de fatigue en près d’un mois

Écouter /

Photo : ONU/Evan Schneider

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires intensifient leurs efforts pour faire face à l'afflux de réfugiés centrafricains. Au Cameroun par exemple, plusieurs réfugiés arrivent mal nourris et malades après des semaines de marche en se cachant dans la brousse avant d’atteindre la frontière. Ainsi, en près d’un mois, 29 enfants ayant fui les tueries en Centrafrique sont morts de soif, de froid ou de fatigue après être arrivés au Cameroun.

Selon le HCR, le taux de décès parmi les enfants réfugiés a été particulièrement élevé depuis la mi-avril. « 29 enfants, dont le plus jeune est un bébé et le plus âgé avait 9 ans, sont morts entre le 14 avril et le 18 mai. La plupart se trouvaient dans des centres d’alimentation ». La déshydratation, l’hypothermie et l’anémie sévère sont les principales cause des décès.

Les réfugiés centrafricains ont commencé à affluer vers le Cameroun depuis le 5 décembre et, jusqu’à présent, 85.000 d’entre eux se sont installés dans quelque 300 villages ce qui complique énormément la tâche des humanitaires, selon le HCR. 80% sont des femmes et des enfants. Alors que plus de 10.000 réfugiés étaient arrivés au Cameroun durant la dernière semaine de mars, le flux s’est réduit à 2.000 arrivées par semaine actuellement, selon le HCR.

Ceux qui parviennent à la frontière « sont sévèrement malnourris et un certain nombre arrivent avec des blessures », provoquées notamment par des coups de machette, a indiqué le HCR.

Par ailleurs, le HCR avertit que des miliciens anti-balaka bloquent désormais les principales routes reliant la Centrafrique vers le Cameroun et s’en prennent aux réfugiés. « Il y a des incursions vers la zone de Gbiti. Cela nous pose des problèmes puisque c'est un point d'entrée des réfugiés centrafricains. Et des informations font état d'accrochages entre les anti-balaka et les forces de sécurité camerounaise », fait remarquer Fatoutamata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève.

A travers la République centrafricaine, le nombre de déplacés internes est estimé à plus de 560 050 personnes (135 050 à Bangui et 425 000 autres dans le reste du pays), alors que 115 524 Centrafricains ont fui vers le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo et le Congo depuis décembre.

Mais malgré l’urgence, les agences humanitaires de l’ONU peinent à trouver des fonds. Sur les 22,6 millions de dollars demandés pour venir en aide à cette population de réfugiés, le HCR n’a reçu pour le moment que 4,2 millions.

(Extrait sonore : Fatoutamata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...