RCA : l'UNICEF dresse un tableau sombre de l'éducation

Écouter /

Enfants de la République centrafricaine (Photo : ONU/Cristina Silveiro)

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié vendredi à Genève les résultats d’une récente étude produite par le Fonds et ses partenaires sur la situation de l’éducation en République centrafricaine (RCA). Selon l’étude, le système éducatif de la RCA est “sur ses genoux”. Le rapport est basé sur une enquête téléphonique auprès de 355 écoles dans 16 préfectures en République centrafricaine. L’enquête a été réalisée en février 2014 par le pôle de l’éducation de pays, dirigé par l’UNICEF avec la participation du Ministère de l’éducation, le Programme alimentaire mondial (PAM) et des organisations non gouvernementales.

De cette étude, trois résultats essentiels ressortent. Tout d’abord, un tableau d'ensemble. En moyenne, depuis octobre 2013, les écoles de la RCA ont été ouvertes durant seulement quatre semaines en raison de la destruction des classes et l’absence de professeurs. Deuxièmement, un tiers des 355 écoles consultées pour l’étude ont, au cours des derniers mois, été attaquées, pillées, brûlées ou occupées par des groupes armés. Troisièmement, il y a une baisse des taux de scolarisation. Un tiers des enfants inscrits dans les écoles l’an dernier n’est pas retourné à l’école cette année. Cette situation est très préoccupante pour la République centrafricaine et d’autres pays voisins, et le problème de la sécurité en est la principale raison.

L'étude souligne également qu'un nombre limité de partenaires de développement travaille ans le secteur de l’éducation en République centrafricaine. En outre, le début de la saison des pluies devient un frein pour la livraison des matériels pédagogiques urgemment nécessaires. Dans ce contexte, l’UNICEF et ses partenaires ont mis en place 120 sites d’apprentissage temporaires dans les zones de Bangui touchées par le conflit. Quelque 23.000 enfants et adolescents âgés de 3 à 18 ans bénéficient de ces lieux d’apprentissage temporaires, où ils ont appris les mathématiques et le français, entre autres matières, et où ils pourraient pratiquer des sports et recevoir un soutien socio-psychologique.

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...