ONU : le Soudan du Sud, l'Ukraine, et le Nigéria au centre des préoccupations de Ban Ki-moon

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon- Photo:ONU

Lors d'un point de presse tenu lundi après-midi à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité sur le Soudan du Sud, le Secrétaire général des Nations Unies s'est dit extrêmement alarmé par ce qu'il a vu lors de son court passage au Soudan du Sud la semaine dernière, soulignant que la menace d'une famine y est clairement présente.

Ban Ki-moon, qui rentre d'un voyage à Abu Dhabi, au Soudan du Sud et à Rome, a averti que si le conflit continue la moitié des 12 millions de Soudanais du Sud seront chassés de leurs domiciles, affamés ou morts d'ici la fin de l'année.

Le Secrétaire général a rappelé que la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) accueillait dans ses bases plus de 80.000 personnes.

« Nos bases ne sont pas conçues pour accueillir un tel afflux de gens », a dit Ban Ki-moon, tout en se félicitant de la décision de l’ONU d’ouvrir les portes de ses bases aux gens fuyant les combats et soulignant que cela n’était pas « une solution de long terme. »

« C’est une catastrophe dont l’origine est entièrement humaine et il faut que tous les acteurs s’impliquent pour changer de cap », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a également rappelé qu’il avait salué la signature de l’accord de cessez-le-feu signé vendredi à Addis Abeba par le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et l’ancien Vice-président Riek Machar.

« Maintenant, il incombe aux deux dirigeants sud-soudanais d’accélérer la dynamique de paix », a dit le Secrétaire général.

Le Chef de l'ONU a identifié une série de priorités, dont l’arrêt immédiat des combats; l’autorisation par les deux parties d’un accès humanitaire par voies aérienne, routière, et fluviale; le soutien de la communauté internationale aux opérations humanitaires et la lutte contre l’impunité.

Concernant l'Ukraine, Ban Ki-moon a exhorté toutes les parties à retrouver l'esprit de compromis dont elles ont fait preuve le 17 avril dernier lors des négociations à Genève, soulignant que l'on peut encore éviter que la situation ne dégénère en un conflit à part entière.

Enfin, Ban Ki-moon a exprimé sa profonde angoisse concernant les 200 et quelques filles nigérianes enlevées par Boko Haram au Nigéria. Selon lui la situation exige un renforcement des efforts contre le terrorisme, contre la piraterie, le trafic des êtres humains et des drogues illicites et une coopération régionale plus étroite, raison pour laquelle il a déployé le Chef du Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, qui rencontre actuellement les autorités nigérianes.

(Extrait sonore Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies; mise en perspective Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...