OMS : « Pour sauver des vies, l’hygiène des mains »

Écouter /

 

Photo : OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a invité cette semaine les travailleurs de santé à bien respecter les règles d’hygiène des mains pour soigner les patients, afin de les protéger contre le risque de contracter des infections dans leurs établissements.

Les infections associées aux soins de santé (nosocomiales) surviennent en général par transfert des germes présents sur les mains d’un agent de santé lorsqu’il touche le patient. Sur 100 patients hospitalisés, au moins 7 dans les pays à revenu élevé et 10 dans les pays à revenu faible ou intermédiaire vont contracter une infection nosocomiale, souligne l’OMS dans un communiqué de presse.

Les résultats initiaux d’une enquête mondiale de l’OMS confirment que ces infections sont souvent résistantes aux antibiotiques utilisés pour les traiter.

Chez les patients vulnérables dans un état critique et dans les unités de soins intensifs, la proportion peut atteindre 30%. Chaque année, des centaines de millions de patients dans le monde sont affectés par ces infections, dont une grande partie est causée par des agents pathogènes résistants aux antimicrobiens.

Lorsque les patients sont infectés par des germes ne répondant pas bien aux antibiotiques prescrits, les issues cliniques sont en général plus mauvaises, le coût du traitement plus élevé et le risque de mortalité aggravé.

La semaine dernière, l’OMS a publié un rapport sur la résistance aux antimicrobiens faisant état de taux élevés chez les bactéries responsables des infections les plus courantes (par exemple les infections des voies urinaires, les infections postopératoires, les pneumonies et les infections du sang) dans toutes les régions du monde.

Les résultats initiaux de l’enquête mondiale confirment la grande fréquence des résistances chez les bactéries isolées dans les établissements de santé; par exemple pour un germe aux effets dévastateurs, le staphylocoque doré, résistant à la méthycilline (MRSA), elle peut atteindre respectivement 44%, 40% et 38% en moyenne en Amérique latine, dans les pays d’Afrique de l’Ouest et en Europe.

(Extrait sonore : Dr. Benetta Allegranzi, Cheffe du Programme de l'OMS « Un soin propre est un soin plus sûr » ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...