Nigeria: la dernière déclaration vidéo de Boko Haram sur le sort des lycéennes enlevées préoccupe l’ONU

Écouter /

Photo : UNICEF

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a condamné mardi la menace du groupe nigérian islamiste Boko Haram de vendre comme esclaves près de 223 lycéennes kidnappées. Le Haut Commissariat a exprimé sa vive préoccupation après « les déclarations outrageantes montrées lundi dans une vidéo et attribuées au leader des Boko Haram, dans laquelle il déclare vouloir vendre les écolières kidnappées sur le marché et les marier en les qualifiant d’« esclaves ». « De tels actes peuvent constituer, dans certaines circonstances, des crimes contre l’humanité », avertit le Haut-Commissariat.

La Chef des droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, condamne « l’enlèvement violent de ces jeunes filles » et avertit « les auteurs de cet acte que l’esclavage, qu’il soit sexuel ou non, est strictement interdit par le droit international ».
Dans ces conditions, le Haut-commissariat aux droits de l’homme de l’ONU demande la libération immédiate des jeunes filles et qu'elles soient rendues au plus vite à leur famille.

Un total de 276 lycéennes ont été kidnappées il y a trois semaines, le 14 avril, dans leur établissement scolaire de Chibok (nord-est du Nigeria), dans l’État de Borno. 53 d’entre elles ont réussi à s’enfuir, mais 223 sont toujours en captivité.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ; propos recueillis par Alpha Diallo).

Classé sous Droit et crime, Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...