Mali : Le Conseil de sécurité se réunit en urgence

Écouter /

Conseil de sécurité. Photo: ONU

Devant un Conseil de sécurité réuni en urgence, mardi après-midi, Bert Koenders, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, a indiqué qu’il était absolument nécessaire d’éviter de nouvelles violences à Kidal, dans le nord du pays, après les événements meurtriers qui se sont déroulés dans cette ville.

Des incidents violents ont secoué Kidal ces derniers jours, en particulier les 16 et 17 mai, avec l’attaque et la prise du gouvernorat par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA). Lors de l’attaque, huit civils et membres des autorités administratives locales ont été exécutés sommairement, des membres des forces armées maliennes tués et 21 policiers de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) blessés. Trente-deux personnes qui avaient été capturées ont ensuite été libérées grâce à l’intervention de la MINUSMA.

« Il est absolument impératif que toutes les mesures soient prises pour éviter davantage de violences. Il est indispensable d’éviter que le nord du Mali ne sombre dans une spirale de violences qui risque de ramener le Mali dans la situation de crise qui a mis le pays à l’ordre du jour du Conseil de sécurité et pourrait déstabiliser la région toute entière », a dit Bert Koenders qui intervenait par vidéoconférence, aux côtés du Ministre malien des affaires étrangères.

Pour Bert Koenders, les événements de ces derniers jours à Kidal « illustrent en particulier la complexité et la difficulté du retour des institutions étatiques au nord du pays et le besoin urgent de progrès au niveau du processus politique. »

« La priorité à présent est d'éviter que Kidal ne sombre dans le gouffre d'une nouvelle confrontation et que le Mali ne plonge dans une nouvelle spirale de violence », a-t-il ajouté.

Bert Koenders a aussi souligné l'importance de raviver le processus politique et de répondre aux griefs des Azawads de manière pacifique. Il a également appelé le MNLA à rendre les bâtiments administratifs et du gouvernorat dès que possible.

Abdoulaye Diop, Ministre des affaires étrangères, de l'intégration africaine de la coopération internationale du Mali a expliqué, de son côté, que le Premier Ministre du Mali, accompagné d'une délégation de dix ministres, avait entrepris une tournée dans les régions septentrionales du Mali, à Gao, à Tombouctou et à Kidal L'objet principal de cette visite, a précisé Abdoulaye Diop, était de veiller au redéploiement de l'administration dans le nord du Mali, de préparer le retour des déplacés et réfugiés et de donner un coup d'accélération au rétablissement de l'autorité de l'état et à la réconciliation nationale

« Au moment où tout est mis en œuvre pour relancer une paix durable, les groupes armés ont choisit de déclarer la guerre à l'état du Mali », a dénoncé Abdoulaye Diop, qui a réclamé la constitution d'une Commission internationale pour vérifier les faits survenus à Kidal.

« Ces crimes sont des crimes conter l'humanité et votre Conseil doit prendre des actes forts », a-t-il martelé

Le Ministre a également brandi des photos représentants, a-t-il expliqué, des victimes qui avaient été décapitées. Il a aussi affirmé que des femmes se trouvaient parmi les assaillants et que les fanions d'AQMI flottaient sur les véhicules des agresseurs à côté de ceux du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA).

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis. Extrait sonore : Abdoulaye Diop, Ministre des affaires étrangères, de l'intégration africaine de la coopération internationale du Mali.)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...