Gros plan sur la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains

Écouter /

Logo Amnesty International

La traite des êtres humains viole les droits et détruit la vie de dizaines de milliers de personnes, en Europe et ailleurs. De plus en plus de femmes, d'hommes et d'enfants sont achetés et vendus comme des marchandises, par-delà les frontières ou dans leur propre pays, et soumis à l'exploitation et aux abus.

La traite des êtres humains constitue une violation des droits de l'homme qui affecte la vie de dizaines de millions de personnes dans le monde, dont la grande majorité sont des femmes et des filles qui en cherchant à améliorer leur situation économique se retrouvent en proie aux réseaux de trafiquants.
L'exploitation sexuelle continue d’en être la forme la plus prévalente d’exploitation pour les femmes et les filles, suivie de servitude domestique, du mariage et de la mendicité forcés, qui sont en hausse.
Les deux causes profondes et les conséquences de la traite humaine sont la discrimination et la violence fondées sur le sexe.

La Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, qui est entrée en vigueur le 1er février 2008, vise à prévenir la traite des êtres humains, protéger les victimes de la traite, poursuivre les trafiquants en justice et promouvoir la coordination des actions nationales et la coopération internationale.

Les Etats à l'égard desquels la Convention est en vigueur font l'objet d'un suivi régulier de la part du Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA). Le Conseil de l’Europe aide aussi les gouvernements à mettre en œuvre la Convention et les recommandations issues de la procédure de suivi.

Gabriella Battaini-Dragon est la Secretaire generale adjointe du Conseil de l’Europe.

(Interview : Gabriella Battaini-Dragon, Secretaire generale adjointe du Conseil de l’Europe; propose recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...