Ethiopie: Navi Pillay préoccupée par la répression et le climat d'intimidation contre les journalistes

Écouter /

Navi Pillay. Photo : ONU/Jean-Marc Ferré

La Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a condamné, ce vendredi à Genève, le climat de répression croissante des médias en Ethiopie. Navi Pillay dénonce ainsi la détention la semaine dernière de six blogueurs et trois journalistes, mais aussi le rétrécissement ces dernières années de l’espace réservé aux voix dissidentes en Ethiopie.

La Chef des droits de l'homme s'est dite « profondément préoccupée » par la récente vague d’arrestations et le climat d’intimidation croissante qui prévaut en Ethiopie contre les journalistes et blogueurs. Navi Pillay rappelle que les 25 et 26 avril, six membres du blog Zone9 et trois journalistes ont été arrêtés par la police à Addis Abeba. Ils ont ensuite été emmenés au centre de police fédéral de Maekelawi où ils sont détenus depuis sans pouvoir communiquer avec l’extérieur, ni même avec leur famille.

Le 27 avril, les six autres blogueurs et trois journalistes ont été présentés devant le tribunal de première instance d’Addis Abeba.

Le Haut-Commissariat déplore que les charges qui pèsent contre eux restent « floues ». Les services de Navi Pillay ont reçu des informations indiquant que les blogueurs et journalistes ont été inculpés pour avoir « travaillé avec des militants des droits de l’homme étrangers et d'avoir incité à la violence via les médias sociaux pour déstabiliser le pays ».

A cet égard, Navi Pillay rappelle que « la lutte contre le terrorisme ne peut pas servir d’excuse pour intimider et faire taire les journalistes, blogueurs, militants des droits de l’homme et membres de la société civile ». « Travailler avec des organisations de droits de l’homme étrangères n’est pas un crime », a affirmé Navi Pillay citée dans ce communiqué rendu public ce vendredi à Genève.

Le Haut-Commissariat précise que depuis janvier 2012, au moins 10 journalistes (sans compter les 6 blogueurs et 3 journalistes détenus la semaine dernière) ont été inculpés en Ethiopie au nom de la législation anti-terroriste. Huit de ces personnes ont été condamnées et deux autres attendent d’être jugées.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...