Etats-Unis : Navi Pillay critique la cruauté de l’exécution d’un condamné en Oklahoma

Écouter /

Navi Pillay. Photo : ONU/Jean-Marc Ferré

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme dénonce la cruauté de l’exécution d’un condamné en Oklahoma. La Chef des droits de l'homme de l'ONU estime que la souffrance de Clayton Lockett durant son exécution « pourrait constituer un traitement cruel, inhumain et dégradant ». Les services de Navi Pillay rappellent qu'elle va aussi « à l’encontre du 8ème amendement de la Constitution des Etats-Unis », qui interdit les peines cruelles ou inhabituelles.

Le Haut-Commissariat rappelle que l’agonie prolongée de Clayton Lockett constituait le deuxième cas de souffrance extrême causée par le mauvais fonctionnement d’une injection létale aux États-Unis cette année, après l’exécution de Dennis Mc Guire en Ohio, le 16 janvier, avec une combinaison prétendument non testée de médicaments.

Dans la foulée de la souffrance notée lors de l'exécution du condamné à mort Clayton Lockett, la direction des prisons d'Oklahoma a décidé de reporter de 14 jours l’exécution suivante, programmée deux heures plus tard, celle de Charles Warner.

Dans ces conditions, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme rappelle que « l’apparente cruauté de ces dernières exécutions renforce simplement l’argument selon lequel les autorités américaines devraient imposer un moratoire immédiat sur la peine de mort » et œuvrer en faveur de l’abolition de cette pratique jugée « cruelle et inhumaine ».

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...