Coup de projecteur sur la crise au Soudan du Sud avec Adama Dieng

Écouter /

Adama Dieng, Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide. (UN Photo: C.Silveiro)

De retour d'une mission d'évaluation au Soudan du Sud, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide Adama Dieng revient sur les violences qui sévissent dans la plus jeune nation de notre planète.

Dès la fin décembre, l'ancien greffier du tribunal pour le Rwanda s'était inquiété par rapport à la potentielle dimension inter-ethnique des violences qui avaient éclos le 15 décembre dernier entre partisans du Président Salva Kiir et partisans de l'ancien vice-président Riek Machar au Soudan du Sud.

Ses préoccupations ont malheureusement été confirmées avec les récents incidents qui ont provoqué sa visite sur le terrain, à l'instar de l'attaque à Bor par des forces armées gouvernementales qui ont pénétré un camp de l'ONU et tué une cinquantaine de civils d'origine Nuer qui s'y étaient refugier pour se venger de la prise de Bentiu. Aussi déplorable et condamnable pour le Conseiller spécial ont été les appels à travers les ondes incitant la population à la violence contre toute personne appuyant le gouvernement et à violer les femmes Dinka.

Le Conseiller estime que la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) fait tout ce qu'elle peut pour rassembler les populations et diffuser les tensions. Il se félicite notamment que, pour la première fois dans l'histoire de l'Organisation, des portes ont étés ouvertes pour protéger des populations civiles qui faisaient face à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, un contraste bienvenu avec les portes onusiennes qui au Rwanda en 1994 avaient étés ouverte pour faire partir les soldats.

Pour Adama Dieng, il est urgent que les hostilités cessent immédiatement car si les populations rurales n'arrivent pas à semer leurs terres avant l'arrivée de la saison des pluies, la famine risque de s'installer avec des conséquences néfastes sur plusieurs années.

La lutte contre l'impunité et la reddition des comptes est fondamentale pour la sortie de crise durable du Soudan du Sud, souligne enfin le Conseiller, car il ne pourrait y avoir de paix sans Justice.

 Interview : Adama Dieng, Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide

 Interview et présentation : Cristina Silveiro

Collaboration, édition et montage : Rebecca Moudio et Florence Westergard

Prise de son : Carlos Macias et Zach Prewitt

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...