Ban Ki-moon rend hommage aux 106 Casques bleus qui ont perdu la vie en 2013

Écouter /

Gerbe déposée à la mémoire des 106 Casques bleus qui ont perdu la vie en 2013. Photo ONU/Devra Berkowitz

La commémoration de la Journée des Casques bleus a débuté, jeudi matin, avec une cérémonie de dépôt de gerbe, suivi de la remise posthume de la médaille Dag Hammarskjöld aux 106 Casques bleus qui ont perdu la vie, l'an dernier, alors qu'ils servaient l'ONU.

Le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a noté avec regret que l'année 2013 marque la sixième année consécutive au cours de laquelle plus de 100 Casques bleus ont trouvé la mort. Les menaces se poursuivent cette année, a-t-il enchainé, évoquant notamment la situation du Soudan du Sud, en République centrafricaine, au Mali et au Darfour qui, a-t-il dit, ont testé les limites des capacités de l'ONU.

« Aujourd'hui, nous saluons le courage, l'engagement et le professionnalisme des 120 000 Casques bleus qui sont actuellement déployés dans certains des endroits les plus dangereux du monde. Je leur rends mon plus grand hommage », a affirmé Ban Ki-moon

Le Secrétaire général a indiqué que ces derniers patrouillent des zones dangereuses, désarment des combattants, contrôlent le respect des droits de l'homme, retirent des mines et font beaucoup plus encore.

Ban Ki-moon a aussi indiqué qu'au cours de l'année écoulée, les Casques bleus avaient pris des mesures véritablement novatrices pour renforcer la protection des civils. De nouveaux outils et de nouvelles approches ont permis de sauver des milliers de vies, s'est-il notamment félicité.

« Nos Casques bleus entreprennent ces tâches individuellement. Mais collectivement, ils sont la démonstration du pouvoir de la sécurité multilatérale. Ils sont la manifestation de la solidarité internationale et montrent au monde qu'ensemble, nous pouvons mettre un terme aux conflits et établir une paix durable ».

Dans un message pour marquer cette Journée, Ban Ki-moon a également rappelé que le Conseil de sécurité a institué, au début du mois, la « médaille capitaine Mbaye Diagne ». Cette médaille doit son nom à un soldat de la paix sénégalais non armé qui a perdu la vie après avoir sauvé pas moins d'un millier de personnes durant le génocide rwandais de 1994.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...