Dix ans de la résolution 1540 : Jan Eliasson appelle à poursuivre les efforts de non-prolifération

Écouter /

Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général des Nations Unies (Photo : ONU/Rick Bajornas)

Le Conseil de sécurité a commencé à débatttre ce matin de la résolution 1540 sur la non-prolifération des armes de destruction massive à l'occasion des dix ans de l'adoption de cette résolution. Un débat marathon auquel sont inscrits une bonne soixantaine d'intervenants et qui a été lancé par le Vice-Secrétaire général des Nations Unies. D'emblée, Jan Eliasson a souligné que la résolution 1540 a permis à la communauté internationale de faire des avancées importantes contre la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques. Il a également insisté sur la détermination des gouvernements à s'acquitter de leurs “obligations ainsi que sur le rôle de la société civile.

Selon Jan Eliasson, la résolution 1540 a généré un grand nombre de mesures par les États Membres. Plus de 30 000 mesures d’application de la résolution par les États ont été signalées au Comité de la résolution 1540. Bien sûr, cela ne montre qu'une partie de l’histoire. Il y a eu aussi des revers et des déceptions, y compris l’utilisation récente d’armes chimiques en Syrie. Cependant, grâce à une vigoureuse action diplomatique et administrative, plus de 90% des armes chimiques de la Syrie ont été enlevées alors même que le conflit s’est intensifié.

Le Vice-Secrétaire général a relevé qu'une vingtaine de pays n’ont toujours pas soumis un rapport sur leurs efforts de mise en œuvre au Comité 1540. Dans la plupart des cas, ce sont les pays confrontés à des difficultés économiques ou sociales graves, a-t-il fait valoir, avant d'encourager tous les États Membres qui ne l’ont pas encore fait, à soumettre un premier rapport à l'occasion de cette date anniversaire. “Pour que la résolution 1540 soit encore plus efficace, il faut un engagement mondial”, a-t-il déclaré.

Jan Eliasson a également jugé essentiel que tous les pays mettent en œuvre la présente résolution. Les terroristes et les trafiquants ont tendance à cibler les pays dont les coutumes, les frontières, les importations, les exportations, les ports et les aéroports sont moins bien ou mal surveillés ou contrôlés.

Selon le Vice-Secrétaire général, une tendance prometteuse est la préparation de plans d’action de mise en œuvre nationaux volontaires. Ainsi, lors du récent sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye, 32 pays ont publié une déclaration commune réaffirmant l’engagement de présenter des plans d’action au Comité 1540.

Jan Eliasson a également souligné que la société civile a un rôle majeur à jouer pour voir le monde se rapprocher davantage des objectifs de la résolution 1540, et pour qu'il soit plus proche d’une vision encore plus ambitieuse, un monde exempt d’armes de destruction massive.

(Extrait sonore : Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...