A Toronto, Ban appelle à redoubler d’efforts pour améliorer la santé des mères et des enfants

Écouter /

Le Secrétaire genéral, Ban Ki-moon, à Toronto. Photo ONU/Eskinder Debebe

Le Secrétaire général était à Toronto, ce vendredi, pour participer au Sommet mondial organisé pour appuyer l'initiative « Chaque femme, chaque enfant », une initiative lancée en 2010 et qui vise à améliorer la santé maternelle et infantile.

Dans ses remarques, Ban Ki-moon a constaté que malgré tous les progrès réalisés, chaque année, 289.000 femmes meurent encore en donnant la vie et environ 18.000 enfants meurent chaque jour, la plupart de causes évitables. En outre, on estime qu’il y a 5,5 millions de décès de nouveaux nés et d’enfants mort-nés chaque année.

« Nous devons redoubler nos efforts pour accélérer les progrès et nous assurer qu’aucun pays ne perde les gains réalisés », a insisté le Secrétaire général.

Sur une note plus personnelle, Ban Ki-moon a indiqué qu'il a toujours été considéré comme l'ainé de sa famille, alors qu'il aurait du être le troisième enfant. Il a révélé qu'il avait une sœur aînée et un frère aîné qui sont malheureusement morts peu après leur naissance.

« Lorsque j'étais garçon”, a-t-il enchainé, “on considérait comme normal, comme très normal que des femmes et des enfants meurent dans mon village. On estimait que cela faisait parti de la vie. Notre nourriture n’était pas toujours suffisante. Les femmes avaient peur d'accoucher. Ce qui aurait du être le jour le plus joyeux était en souvent le jour le plus effrayant ou le plus triste ».

Ban Ki-moon a dénoncé le fait qu'aujourd'hui, trop de gens encore connaissent cette réalité dans le monde.

« On ne peut pas considérer comme normal qu'une femme ou qu'un enfant meure, où que ce soit » a-t-il affirmé.

Selon le Secrétaire général, le succès en matière de santé maternelle et infantile dépend de cinq facteurs : un leadership fort au plus haut niveau ; l’engagement des partenaires au niveau des pays ; un financement prévisible ; la responsabilisation en matière de ressources et de résultats ; et l’innovation.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...