Vingt ans après le génocide, le Rwanda montre que la transformation est possible, estime Ban Ki-moon

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon avec le Président du Rwanda Paul Kagame à Kigali le 6 avril 2014. Photo ONU/Evan Schneider

A l’occasion de la cérémonie du 20ème anniversaire du génocide au Rwanda qui s’est déroulée lundi à Kigali, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a salué les efforts de ce pays pour surmonter ce traumatisme et avancer sur la voie de la guérison.

« Le génocide des Tutsis perpétré au Rwanda a été l’une des pages les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Ce sont plus de 800.000 personnes qui ont été tuées de façon systématique — des Tutsis en très grande majorité, mais aussi des Hutus modérés, des Twa et des membres d’autres groupes. Pendant 100 jours, le sang a été versé. Vingt ans après, les larmes coulent encore », a dit M. Ban dans une allocution prononcée lors de cette cérémonie.

« Je tiens à exprimer ma solidarité avec tous les Rwandais dont le pays est encore sur la voie de la guérison. Je suis conscient des conséquences dévastatrices qui se font encore sentir dans l’ensemble de la région », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a rappelé que « nombre de membres du personnel des Nations Unies et d’autres ont fait montre d’un courage remarquable ». « Mais nous aurions pu faire beaucoup plus. Nous aurions dû faire beaucoup plus. Les casques bleus ont été retirés du Rwanda au moment où l’on en avait le plus besoin », a-t-il dit.

Aujourd’hui, la communauté internationale a tiré des leçons du génocide rwandais, a-t-il estimé. « La responsabilité de protéger empêche désormais les États de prétendre que telles ou telles atrocités criminelles sont une affaire intérieure. La justice pénale internationale étend sa portée. Il est de plus en plus probable que les dirigeants et les chefs de guerre aient à répondre de leurs actes criminels », a noté le Secrétaire général.

Et le Rwanda lui-même s’est transformé en vingt ans.

« En une génération, vous avez, vous les Rwandais, montré au monde une autre vérité essentielle : la force de l’esprit humain. Les survivants font preuve d’une résilience qui défie l’entendement. Les enfants ont assisté à des actes de violence tellement graves qu’ils ont grandi du jour au lendemain. Et pourtant, vous et votre pays avez trouvé les moyens de revenir de très loin, de dominer des souvenirs effroyables et de revivre. Vous avez montré au monde que la transformation est possible », a déclaré M. Ban.

Le Secrétaire général a engagé le Rwanda « à continuer de renforcer la démocratie et la protection des droits de l’homme afin que son avenir soit celui d’un pays où règnent la liberté, la dignité et la sécurité et qui offre des perspectives à tous ». « J’insiste pour que, dans l’ensemble de la région des Grands Lacs, davantage soit fait pour renforcer la prévention et la coopération afin d’assurer l’harmonie et la stabilité régionales », a-t-il ajouté.

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, John W. Ashe, a également appelé à se souvenir des victimes en ce jour anniversaire du génocide.

« En ce jour, j’encourage les Etats membres, la société civile, et d’autres acteurs à honorer la mémoire de ceux qui ont été tués sans pitié et inutilement, uniquement à cause de leur identité ethnique », a-t-il dit dans un message pour cette occasion.

De son côté, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a souligné qu’il fallait poursuivre les efforts pour traduire en justice les auteurs du génocide, aussi bien au Rwanda qu’ailleurs dans le monde.

« Nous devons soutenir les efforts rwandais pour garantir la promotion et la protection des droits de l’homme pour tous et les efforts pour faire avancer la réconciliation et la réhabilitation », a ajouté Mme Pillay.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a rappelé pour sa part que le Rwanda avait accompli des progrès impressionnants dans le domaine du développement humain. Les taux de pauvreté ont chuté de près de 12%, hissant un million de personnes au-dessus du seuil de pauvreté depuis 2008.

« Les Nations Unies ont aidé le Rwanda à accélérer sa démocratisation par la création d’institutions de gouvernance réactives, notamment en ce qui concerne les partis politiques, les médias et la justice. L’organisation a également appuyé les efforts de réconciliation et mis en place un programme pour aider des dizaines de milliers de réfugiés rwandais à réintégrer leurs foyers », a souligné le PNUD dans un communiqué de presse.

L’ONU a également aidé le Rwanda à réduire ses niveaux de pauvreté. Des efforts ont été déployés pour accélérer une croissance inclusive, créer des emplois décents, stimuler les exportations et abaisser les niveaux de pauvreté, a-t-il ajouté.

« La diversification économique, la création d’emplois et l’autonomisation de jeunes hommes et femmes au Rwanda continuent à faire partie des priorités du PNUD. L’organisation aide plusieurs associations de jeunes à créer des forums pour promouvoir la création d’entreprises et l’innovation », a encore souligné le PNUD.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...