Ukraine : devant le Conseil de sécurité, Ivan Simonovic exhorte au dialogue constructif et inclusif

Écouter /

Ivan Simonovic

Si la situation à l’est de l'Ukraine n'est pas abordée de façon prioritaire, elle risque de déstabiliser gravement le pays dans son ensemble, a déclaré ce mercredi Ivan Simonovic, lors de la réunion du Conseil de sécurité sur l'Ukraine.

Le Sous-secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme a exhorté « ceux qui exercent une influence » de prendre une action immédiate pour mettre fin à la violence.

Dans son exposé sur la situation des droits de l'homme en Ukraine, demandé par les quinze, Ivan Simonovic a tenu a signalé « l'interconnexion » entre les violations chroniques des droits de l'homme, les manifestations de Maidan et la situation qui sévit à l'Est du pays.

Selon lui, près d’un tiers de la population en Ukraine vivrait sous le seuil de pauvreté et les énormes disparités dans les niveaux de vie, l’accès insuffisants aux services sociaux de base, la corruption et la mauvaise gestion, seraient parmi les facteurs sous-jacents qui ont conduit aux manifestations de Maidan.

Ivan Simonovic a également expliqué que malgré les expressions de haine nationale, raciale ou religieuse de certains groupes et individus, en particulier contre les Russes ethniques affiliés à l’ancien gouvernement, lors des manifestations de Maidan, celles-ci n'étaient que des incidents isolés, dont les médias biaisés se sont emparés, alimentant la peur et l’insécurité au sein la communauté ethnique russe.

Le Sous-secrétaire général aux droits de l'homme a soutenu que l’armement des manifestants et leur transformation en forces de quasi-paramilitaire doit être arrêté, et avertit que tous ceux qui incitent à la violence et fournissent des armes aux manifestants peuvaient être tenus responsables des tragiques conséquences de leurs actes.

Enfin d’après Ivan Simonovic, toutes les parties devraient être encouragées à engager un dialogue national inclusif, durable et significatif basé sur le respect des obligations légales de l’Ukraine en vertu des traités internationaux des droits de l’homme déjà ratifiés. Ce processus devrait prendre en considération les préoccupations de tous ceux qui vivent en Ukraine, y compris les minorités, et aborder des questions telles que les droits linguistiques et la décentralisation du pays.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...