Syrie: le risque de sécheresse inquiète le PAM

Écouter /

Photo : WFP

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en garde contre les conséquences éventuelles d’un spectre de sécheresse en Syrie. L’agence onusienne basée à Rome redoute que cette sécheresse, qui menace le nord-ouest du pays, complique davantage la situation humanitaire sur place. Selon le PAM, la production de blé devrait atteindre un plus bas historique, mettant des millions de vie en péril.

Cette menace dans les gouvernorats du nord-ouest du pays – Alep, Idleb et Hama – « pourrait mettre des millions de vies en péril si cette sécheresse continuait », a déclaré la porte-parole du PAM à Genève, Elisabeth Byrs, lors d'un point presse ce mardi à Genève.

L’étude du PAM montre que les précipitations enregistrées en Syrie depuis septembre sont en dessous des normales, et représentent moins de la moitié de la moyenne annuelle à long terme.

Outre le manque de pluies, les réseaux d'irrigation ont souffert, les canaux, les tracteurs, le matériel agricole. Un cumul d’incidents naturels ajoutés à la guerre pourrait menacer le sort de millions de Syriens.

En attendant, le PAM assiste actuellement près de quatre millions de personnes en Syrie sur les 6,5 millions qui auraient besoin d'une aide alimentaire. L'agence onusienne est d'autant plus inquiète que « les gouvernorats les plus touchés comptent pour plus de la moitié de la production de blé syrienne ».

Selon les experts onusiens, la production de blé devrait atteindre 1,7 à 2 millions de tonnes cette année, soit un plus bas historique.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Écouter /
Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...