Soudan du Sud : la MINUSS condamne l'attaque contre un convoi de barges onusien

Écouter /

Pibor, au Soudan du Sud, vue depuis un hélicoptère de la MINUSS (UN-Photo/Isaac Billy)

La MINUSS a condamné jeudi une attaque non provoquée dans l’État du Haut-Nil contre un convoi de barges que l’ONU avait louées pour livrer de l’assistance alimentaire et du carburant à sa base de Malakal.

L’attaque perpétrée par des attaquants non identifiés a eu lieu sur le Nil, près de Barbuoui. Le convoi a été visé par des tirs, puis par des grenades. Quatre membres d’équipage et casques bleus ont été blessés. Les deux parties en conflit ont nié toute responsabilité dans cette attaque, a noté la MINUSS dans un communiqué de presse.

« La MINUSS appelle une nouvelle fois les principales parties en conflit à respecter l’accord de cessez-le-feu qu’elles ont signé dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba le 23 janvier 2014 et à respecter l’inviolabilité des biens et des installations des Nations Unies au Soudan du Sud », a ajouté la Mission.

A noter par ailleurs que le Conseil de sécurité des Nations Unies a exigé jeudi que le Président Salva Kiir, l’ancien Vice-Président Riek Machar, et les autres dirigeants politiques au Soudan du Sud fassent preuve de leadership en mettant fin immédiatement aux violences qui ravagent leur pays depuis plusieurs mois.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil expriment entre autre « leur horreur et leur colère face aux violences de grande ampleur du 14 au 16 avril à Bentiu qui ont causé la mort de plus de 200 hommes, femmes et enfants. »

Mercredi soir, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, et le Sous-Secrétaire général aux droits de l’homme, Ivan Simonovic, ont fait le point sur la situation au Soudan du Sud devant le Conseil de sécurité.

Le Conseil de sécurité a demandé au Bureau de la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme de mener immédiatement une mission d’enquête sur les événements à Bentiu, et à M. Simonovic de retourner au Soudan du Sud dès que possible pour évaluer les récents développements et présenter un rapport au Conseil de sécurité.

Les membres du Conseil ont déclaré qu’ils étaient prêts « à prendre des mesures supplémentaires si les attaques contre les civils et les violations de l’accord de cessation des hostilités se poursuivaient ».

A noter par ailleurs que l'on compte maintenant plus de 78.000 civils en quête de protection dans huit bases des Nations Unies au Soudan du Sud, dont 32.000 à Juba, plus de 18 000 à Malakal, plus de 22 000 à Bentiu et plus de 4 800 à Bor.

(Extrait sonore : Joe Contreras, porte-parole de la MINUSS ; propos recueillis par Radio Miraya, Soudan du Sud)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...