RDC : On nous a remis Paul Sadala déjà décédé », précise la MONUSCO

Écouter /

« Paul Sadala alias Morgan est effectivement mort. Mais on nous l'a remis déjà décédé », a déclaré lundi 14 avril le directeur de la Division de l'information publique de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo, la MONUSCO, Charles Antoine Bambara. Expliquant les circonstances du décès du chef milicien des Maï-Maï Simba, il a indiqué que Morgan est arrivé au pied de l'hélicoptère de la Mission onusienne déjà mort. Les tentatives de l'équipe médicale de la MONUSCO pour le réanimer se sont révélées vaines.

Après sa reddition samedi dernier aux FARDC, Paul Sadala devrait être transféré de son village de Bandegaido vers Bunia en Province orientale.

La MONUSCO reconnaît avoir été contactée par les autorités congolaises afin de faciliter cette opération.

« Pour l'instant ce que nous pouvons dire est que depuis samedi [date de la reddition de Morgan], les autorités de la MONUSCO ont été officiellement contactées par les autorités gouvernementales de la RDC pour faciliter le transfert de Paul Sadala alias Morgan depuis son village de Bandegaido jusqu'à Bunia puis à Kinshasa. Et nous avons très immédiatement mis en place les dispositifs logistiques pour faciliter cette opération. Nous devions organiser ce transfert conjointement avec les autorités provinciales », a précisé Charles Antoine Bambara, avant d'ajouter:

« Il se trouve que, contrairement à ce qui a été dit, nous avons rejoint seulement le convoi des FARDC à Komanda. Et c'est là que nous sommes arrivés en contact avec les FARDC. Nous avons trouvé Morgan déjà mort ; bien que l'équipe médicale de la MONUSCO qui était sur place ait tenté de le réanimer. »

Lors de sa reddition, le chef milicien était accompagné de 42 de ses combattants.

Le directeur de l'information publique de la MONUSCO a dit ne pas savoir « pour l'instant où se trouvent exactement ses miliciens qui voulaient se rendre aux autorités de l'Ituri ».

Charles Bambara a annoncé néanmoins l'ouverture d'une enquête pour retrouver ces 42 miliciens.

« La MONUSCO a décidé d'ouvrir immédiatement une enquête pour savoir ce qu'ils en sont devenus. Se sont-ils dispersés ? Sont-ils encore en vie ? Nous allons envoyer une équipe sur place qui va enquêter sur les faits », a souligné Charles Antoine Bambara.

Le chef milicien Paul Sadala alias Morgan est décédé lundi 14 avril dans l'après-midi après des échanges de tirs entre ses combattants et les militaires congolais au village Molokaï dans la réserve de la faune à Okapi en Province Orientale. Selon le commandant des FARDC en Ituri, Fal Sikabwe, qui se trouvait dans le territoire de Mambasa, Morgan a reçu des balles aux deux jambes au cours de cet échange de tirs qui a eu lieu dans la matinée.

Grièvement blessé et inconscient après l'échange des tirs, le chef milicien a été amené sur un brancard que les FARDC ont ramené au pied de l'hélicoptère de la MONUSCO vers 16 heures à Komanda.

(Extrait sonore : Charles Antoine Bambara, directeur de la Division de l'information publique de la MONUSCO; propos recueillis par Radio Okapi)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...